VIDEO
12/12/2013 03:27 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

Hommage à Mandela : l'interprète plaide la schizophrénie

L'interprète en langage des signes qui a traduit mardi la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela prétend avoir été victime d'une crise de schizophrénie alors que le gouvernement sud-africain admet une possible erreur dans l'interprétation.

Dans une entrevue au quotidien The Star de Johannesburg, Thamsanqa Jantjie se défend d'être un imposteur, et ce, malgré les accusations de la Fédération des sourds d'Afrique du Sud, qui soutient que l'interprète ne maîtrisait pas du tout cette langue.

Le principal intéressé, qui n'en était pas à sa première collaboration avec la présidence sud-africaine, explique avoir été déconcentré par des voix imaginaires et des hallucinations.

« Je ne pouvais rien y faire, déplore-t-il. J'étais seul dans une situation très dangereuse. J'ai tenté de me contrôler et de ne pas montrer au monde entier ce qui était en train de se passer. Je suis vraiment désolé, mais c'est la situation dans laquelle je me suis retrouvé. »

L'homme de 34 ans, qui dit prendre des médicaments pour combattre sa maladie, est incapable de dire si c'est l'importance du moment qui a provoqué l'apparition de ces symptômes.

Dans une entrevue à une station de radio de Johannesburg, Thamsanqa Jantjie a toutefois donné une version différente des événements et a dit être satisfait de sa performance. « Absolument, absolument. Je pense que j'ai été un champion du langage des signes », a-t-il déclaré.

Il ne comprend pas pourquoi les gens se plaignent maintenant, alors qu'ils n'avaient rien dit lors d'autres cérémonies. « Je ne suis pas un raté. J'assure », a-t-il ajouté.

L'interprète soutient qu'il est employé par la firme SA Interpreters et que l'ANC avait retenu ses services pour la cérémonie du Soccer City Stadium de Johannesburg. L'agence de presse Reuters a été incapable de retrouver l'entreprise et l'ANC dit ne rien savoir à son sujet.

La présidence sud-africaine a ouvert une enquête sur cette affaire.

Consultez notre dossier sur Nelson Mandela

PLUS:rcvideo