NOUVELLES
12/12/2013 08:12 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Fermeture du pont Dubuc : des coûts de plus de 100 000 $ par jour pour la Ville de Saguenay

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, affirme que la mise en place des mesures d'urgence à la suite de la fermeture du pont Dubuc, lundi, coûte plus de 100 000 $ par jour à la Ville.

Saguenay a réuni sa cellule de crise pour organiser les services à offrir aux citoyens au cours des prochains jours. 

À la demande de Saguenay, la base militaire de Bagotville va installer 75 tentes sur toute la longueur du pont Sainte-Anne pour protéger les piétons du froid intense, du vent et de l'humidité.

Les services d'autobus de la Société de transport du Saguenay (STS) continueront d'être offerts gratuitement sur tout le territoire de la ville jusqu'à dimanche. Les horaires des circuits ont été modifiés pour permettre aux citoyens de se déplacer durant la fin de semaine.

Le maire Tremblay a indiqué que la STS est allée chercher des autobus dans plusieurs municipalités de la région et de Québec.

Les plans de transport ont été refaits des deux côtés du Saguenay. Entre autres, les camions d'incendie ne peuvent emprunter le pont Dubuc et les plans d'intervention doivent être ajustés.

Pour les mesures d'urgence, Saguenay a aussi demandé au ministère des Transports d'autoriser les personnes qui donnent des soins à domicile dans le secteur nord à circuler sur le pont Dubuc.

Jean Tremblay espère que le gouvernement du Québec remboursera les frais encourus par Saguenay, entre autres, pour l'ajout d'autobus et de personnel. « On a vérifié à la Ville s'il y avait des programmes pour ça. Pour ce genre d'incidents là, il n'y en a pas de programme. Il nous dit on va regarder. Mais vous savez, ça fait longtemps que je suis maire. J'ai appris à me méfier », déclare le maire.

PLUS:rc