DIVERTISSEMENT
12/12/2013 08:36 EST | Actualisé 12/12/2013 08:40 EST

En primeur : «Le Dôme» et «Mensonges» sur illico Club à volonté

Courtoisie

Le service illico Club à volonté dépose sous le sapin deux cadeaux destinés à ses fidèles habitués. Le premier, intitulé Le Dôme, est la version française de la série américaine Under the Dome, et se déballera à compter du 20 décembre prochain. Il faudra toutefois attendre en mars pour découvrir le deuxième présent, la fiction originale québécoise Mensonges, un thriller policier interprété par une poignée de grosses pointures, incluant Fanny Mallette, Éric Bruneau et Sylvain Marcel.

Vidéotron a annoncé mercredi que Le Dôme et Mensonges tiendront l’affiche en grande primeur sur illico Club à volonté avant d’être reprises plus tard par la chaîne addikTV, en juin pour Mensonges et à une date encore indéterminée pour Le Dôme.

Produite par CBS Television Studios en association avec Amblin Television, propriété de Steven Spielberg, Le Dôme est une adaptation du roman du même nom de Stephen King. Cette série, la plus regardée aux États-Unis l’an dernier avec une moyenne de 15 millions de téléspectateurs, met en vedette la Montréalaise Rachelle Lefèvre, de même que Mike Vogel et Dean Norris. On y plonge dans une petite communauté du Maine, où les habitants se réveillent, un bon matin, coupés du monde et prisonniers d’un immense dôme transparent. Une fresque postapocalyptique qui devrait plaire aux amateurs de science-fiction.

Du côté de Mensonges, les 10 épisodes d’une heure nous feront connaître le duo d’enquêteurs Julie Beauchemin (Fanny Mallette) et Maxime Moreli (Éric Bruneau) qui, aidés de leur collègue Bob (Sylvain Marcel), mènent des interrogatoires serrés pour dénouer des affaires de meurtres sordides. Les dix tranches auront chacune leur histoire, laquelle sera conclue à la fin des 60 minutes, et mettra en vedette trois suspects. Semble-t-il que le public aura bien du mal à trouver le coupable dans le trio, chacun ayant son motif. Plusieurs comédiens chevronnés, dont Brigitte Lafleur, Sophie Prégent, Vincent-Guillaume Otis, Antoine Bertrand et Monia Chokri, se succéderont dans la peau des criminels potentiels. Mais Mensonges n’a rien à voir avec Fortier, autre univers policier qui a jadis cartonné sur les ondes de TVA, a assuré Sophie Deschênes, de la boîte Sovimage, qui a développé le concept.

«Ça ne ressemble à rien qui a déjà été fait, a souligné la productrice. C’est un thriller psychologique en huit clos, qui porte sur le mensonge et la vérité. La recherche de la vérité prime toujours, tant dans la vie personnelle que professionnelle des personnages principaux. Avec cette série, on va vraiment au cœur de la nature humaine.»

L’ajout du Dôme et de Mensonges au répertoire d’illico Club à volonté est rendu possible grâce à la collaboration entre Vidéotron et Contenu QMI, une filiale de Québecor Média qui crée, acquiert et exporte des contenus audiovisuels. Compétiteur de Netflix, qui se spécialise surtout dans le matériel anglophone, illico Club à volonté diffuse des œuvres cinématographiques et télévisuelles en flux continu (ou en vidéo sur demande par abonnement).

Club à volonté, un succès

En point de presse, mercredi après-midi, Manon Brouillette, présidente et chef de l’exploitation de Vidéotron, et Isabelle Dessureault, vice-présidente, exploitation des contenus et affaires publiques de Vidéotron, ont d’ailleurs tracé un bilan très positif de la première année d’existence d’illico Club à volonté. Lancé en février dernier, le service compte déjà 55 000 abonnés. Son catalogue offre une liste de 2000 titres majoritairement francophones, comprenant films et séries de tous les genres.

Trois épisodes des Beaux malaises, la comédie de Martin Matte, qui prendra l’antenne de TVA après les Fêtes, y sont disponibles depuis le 8 novembre, et ont été commandés par 50 000 clients. Mais il n’est pas acquis que toutes les futures émissions des chaînes du Groupe TVA aboutiront sur illico Club à volonté avant de se retrouver à la télévision; chaque «cas» sera traité de façon unique.

France Lauzière, vice-présidente principale de Contenu QMI, et Suzane Landry, directrice principale, chaînes et programmation de Groupe TVA, n’ont pas caché que ce procédé de vidéo sur demande par abonnement pourrait constituer une source de financement pour le développement d’autres projets d’acquisitions et de créations dans l’avenir. «C’est une win-win situation», a avancé France Lauzière, soutenant ainsi que tant les diffuseurs et les producteurs que les téléspectateurs retirent des bienfaits de la proposition d’illico Club à volonté.

On aimerait aussi, éventuellement, conclure des partenariats avec d’autres réseaux, comme ceux bouclés entre TVA Sports et Ici Radio-Canada pour la diffusion des Jeux olympiques de Sotchi, ou Rogers pour la présentation des matchs de hockey de la Ligue nationale de hockey. Des ententes avec Télé-Québec et VRAK TV pourraient, par exemple, être envisageables en ce qui a trait au contenu jeunesse.

La plateforme illico Club à volonté est accessible au canal 900 d’illico télé nouvelle génération, sur le web avec illico.tv et sur tablette, via l’application illico.tv, au coût de 9,99$ par mois.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelles séries regardez-vous en 2014?