NOUVELLES
12/12/2013 07:40 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Démantèlement d'un trafic de cocaïne depuis l'Amérique du Sud (justice belge)

Des perquisitions menées jeudi matin en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne et en Italie ont permis de démanteler une organisation criminelle spécialisée dans le trafic de cocaïne entre l'Amérique du Sud et l'Europe, a annoncé le Parquet fédéral belge.

Treize personnes ont été interpellées, dont une Colombienne de 54 ans domiciliée en Belgique et considérée comme l'une des responsables du groupe de trafiquants, ainsi qu'un restaurateur belge de 44 ans suspecté d'être le chef de l'organisation en Belgique, a précisé le Parquet fédéral dans un communiqué.

Quinze perquisitions se sont déroulées en Belgique, principalement dans la province du Limbourg (nord-est), tandis que huit autres ont été menées au Pays-Bas, une en Allemagne et en Espagne et deux en Italie, selon le communiqué.

L'enquête avait été ouverte en 2012 sur base d'informations selon lesquelles le restaurateur, domicilié à Heusden-Zolder, était impliqué dans le blanchiment d'argent provenant du transport de stupéfiants.

Elle a permis de mettre au jour l'utilisation de "sociétés fantômes" spécialement crées pour réceptionner les containers où la drogue était cachée, ainsi que le recours à la technique du "rip-off", qui consiste à récupérer les stupéfiants dans les ports de destination à l'insu des destinataires légitimes des containers.

Deux chargements de cocaïne importés par une société fantôme ont été interceptés dans le port de Giaio Tauro, en Calabre (sud de l'Italie), tandis qu'un "rip-off" a échoué à Rotterdam (Pays-Bas), si bien que 110 kg de cocaïne sont arrivés dans une société qui a averti la police, selon le parquet fédéral belge, qui précise qu'un autre chargement de 300 kg a été intercepté en début de semaine.

L'organisation faisait par ailleurs appel à un "réseau libanais" pour effectuer les transferts d'argent, en ayant recours à des passeurs.

Aux Pays-Bas, deux personnes chargées de récupérer les chargements de drogue ont été interpellées lors des perquisitions, durant lesquelles huit voitures, des montres de marques, 140.000 euros, des armes et du matériel informatique ont également été saisis.

siu/aje/fw

PLUS:hp