NOUVELLES
12/12/2013 06:01 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Chypre veut accélérer l'identification des personnes disparues en 1963 et 1974

Un comité ayant commencé en 2006 à exhumer et identifier les corps des personnes disparues à Chypre lors des violences intercommunautaires de 1963-64 et de l'invasion turque de 1974 a lancé jeudi un appel aux dons pour accélérer le rythme des identifications.

Le Comité des personnes disparues de Chypre (CMP), dirigé par un représentant de la communauté chypriote turque, un représentant chypriote grec et un représentant de l'ONU, est chargé de restituer aux familles les corps de 2.001 personnes, Chypriotes grecques et Chypriotes turques, disparues lors de ces événements. Un millier ont été exhumés, et près de 500 rendus aux familles.

Si 131 corps ont pu être identifiés en 2013, un record depuis le début des travaux, "à ce rythme il faudrait encore dix ans pour restituer tous les corps", a déploré le représentant de l'ONU, Paul-Henri Arni.

"Les familles ne peuvent attendre aussi longtemps, il est inacceptable que des gens meurent sans avoir pu récupérer les dépouilles de leurs êtres chers", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

"Le CMP a une priorité: exhumer autant de personnes que possible, tant que les témoins sont toujours vivants", a renchéri le représentant chypriote grec, Theophilos Theophilou. Ce sont en effet les témoignages, recueillis sous le sceau de l'immunité, qui permettent de localiser les corps.

Le Comité a souligné que ses recherches étaient principalement limitées par le manque de moyens, 200 corps étant en attente d'identification, tandis que 271 sites susceptibles de contenir des corps attendent d'être fouillés.

Le Comité des disparus, dont le budget annuel se situe autour de 2,5 millions d'euros, a estimé qu'avec un million d'euros supplémentaires chaque année, il pourrait accélérer les fouilles sur le terrain et les recherches en laboratoires de façon à identifier une quarantaine de personnes supplémentaires chaque année -- soit un tiers de plus qu'en 2013.

Outre l'Union européenne, qui est déjà de loin le principal donateur, le CMP cherche à approcher des pays arabes du Golfe ou d'autres Etats susceptibles de soutenir sa tâche afin de pourvoir refermer au plus vite le dossier des disparus. Le Koweït, qui est lui aussi confronté à la recherche de disparus après le conflit avec l'Irak, a financé les travaux du CMP à hauteur de 200.000 euros cette année.

Chypre est divisée depuis 1974 à la suite de l'invasion par l'armée turque du tiers nord de l'île, en réaction à un coup d'Etat mené par des Chypriotes grecs et visant au rattachement de l'île à la Grèce. En 1963-64, des violences communautaires avaient également touché l'île.

cnp/cco

PLUS:hp