NOUVELLES
12/12/2013 03:19 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

Berlusconi: si on me met en prison, "il y aura une révolution en Italie"

L'ex-chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, condamné à un an de prison pour fraude fiscale, a jugé jeudi sur la radio française Europe 1 que s'il était mis en prison il y aurait "une révolution en Italie".

"Je suis sûr qu'ils ne peuvent pas le faire (l'envoyer en prison), sinon il y aura une révolution en Italie", a-t-il déclaré dans un entretien réalisé mercredi à son domicile à Rome et diffusé jeudi matin.

"On ne peut pas mettre en prison, casser la liberté de quelqu'un qui est en train de faire une campagne électorale contre une majorité qui a utilisé son bras judiciaire pour essayer de l'éliminer de la scène politique", a-t-il ajouté.

M. Berlusconi, dans l'opposition depuis fin novembre après son expulsion du Parlement et à la tête de son parti Forza Italia rebaptisé Forza Silvio, réclame des élections législatives en mai, en même temps que les européennes.

"Je pense que ce serait difficile de me mettre en prison : j'aurais immédiatement une grande majorité dans le pays aux prochaines élections. Et en plus, comme j'ai un âge très important, je n'ai peur de rien", a-t-il assuré.

"J'aime mon pays. Je ne peux pas terminer mon aventure humaine de patriote et d'homme d'Etat en fuyant mon pays", a-t-il aussi déclaré.

Silvio Berlusconi s'est vu invalider son mandat de sénateur et a perdu son immunité parlementaire après sa condamnation définitive à un an de prison pour fraude fiscale. Son âge (77 ans) le préserve en principe de l'épreuve de la prison. Il a en outre demandé de faire sa peine sous forme de travail d'intérêt général.

Il risque par ailleurs un nouveau procès, pour corruption de témoins, dans un des volets du scandale sexuel Rubygate dans le cadre duquel il a déjà été condamné en première instance à sept ans de prison.

nou/prh/ros

PLUS:hp