NOUVELLES

Les États-Unis et le Royaume-Uni suspendent leur aide aux insurgés

11/12/2013 01:59 EST | Actualisé 09/02/2014 05:12 EST

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont annoncé mercredi qu'ils suspendaient les livraisons d'aide non létale aux insurgés qui tentent de renverser le régime du président syrien Bachar Al-Assad, par crainte de voir cette aide tomber entre les mains de rebelles associés à Al-Qaïda.

Les querelles internes qui divisent les rebelles ont plombé la confiance de la communauté internationale envers leur mouvement et miné leur lutte contre le régime Assad.

Un employé de l'ambassade américaine à Ankara, en Turquie, a indiqué que les États-Unis suspendent leurs livraisons de lunettes de vision nocturne, d'équipements de communication et d'autre matériel militaire aux rebelles établis dans le nord de la Syrie, après que des bases et de l'équipement appartenant à l'Armée syrienne libre (ASL) aient été capturés par des insurgés plus extrémistes.

L'aide humanitaire, comme les couvertures et la nourriture, ne sera pas touchée, selon cet employé.

Le Foreign Office britannique a lui aussi annoncé qu'il suspendait ses livraisons d'équipement à l'Armée syrienne libre en attendant que la lumière soit faite sur ces attaques. Londres compte reprendre ses livraisons dès que les conditions sur le terrain le permettront.

Vendredi, des combattants du Front islamique, qui réunit six grands groupes rebelles, ont pris le contrôle de bases de l'ASL au point de contrôle de Bab al-Hawa, entre la Syrie et la Turquie, ainsi que d'entrepôts appartenant au Conseil militaire suprême de l'ASL.

La Turquie a annoncé la fermeture de sa portion de la frontière en réaction à ces incidents.

Un responsable américain a précisé que la suspension s'applique uniquement aux rebelles dans le nord de la Syrie. L'aide acheminée par le biais de la Jordanie, dans le sud du pays, ne sera pas touchée.

Ce responsable a ajouté que les membres du Front islamique ne sont considérés ni comme des terroristes, ni comme des modérés. Certains auraient été en contact avec Al-Qaïda et seraient sympathiques à son idéologie.

Conflit syrien : onde de choc au Moyen-Orient

PLUS:rc