NOUVELLES

Les sénateurs mexicains donnent le feu vert à une réforme du secteur pétrolier

11/12/2013 04:51 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

MEXICO - Le Sénat mexicain a approuvé, mercredi, une importante réforme de l'industrie pétrolière du Mexique, un pas de plus vers l'ouverture de ce secteur géré par l'État et en difficulté financière aux entreprises et investissements privés.

Une majorité de sénateurs se sont prononcés en faveur du projet, qui permettrait au gouvernement d'offrir des contrats et des permis d'exploration et d'exploitation aux multinationales dans le domaine du pétrole et du gaz, une pratique qui est actuellement interdite par la Constitution mexicaine.

Les contrats seraient accordés directement par Mexico plutôt que par la société d'État Petroleos Mexicanos, mettant ainsi un terme au monopole de cette compagnie sur le pétrole mexicain. La réforme autoriserait les contrats de coproduction de même que les permis, qui obligeraient les firmes à verser des redevances et des taxes au gouvernement pour avoir le droit d'explorer.

La réforme permettrait aussi aux entreprises privées d'inclure les profits prévus dans leurs états financiers, tant qu'elles précisent dans leurs contrats que tout le pétrole et le gaz découverts appartiennent au Mexique.

La Constitution continuerait toutefois de prohiber les concessions pétrolifères.

Le projet de loi doit encore recevoir l'aval de la chambre basse du Congrès mexicain, de 17 des 31 États du Mexique et du district fédéral pour entrer en vigueur. Il s'agit de la pièce maîtresse des réformes lancées par le président Enrique Pena Nieto au cours de sa première année au pouvoir.

Les détracteurs du projet ont soutenu que la réforme proposait un système qui avait déjà prouvé son inefficacité par le passé alors que les analystes ont déclaré qu'il s'agissait d'un geste sans précédent pour ouvrir la porte aux investissements privés dont Mexico a besoin pour sauver son secteur pétrolier.

La production de pétrole du Mexique est en déclin malgré l'augmentation des investissements et Petroleos Mexicanos n'a pas les moyens pour le moment d'exploiter les importantes réserves de pétrole du pays situées en eaux profondes et de gaz de schiste.

PLUS:pc