POLITIQUE

Le Canada est un corps étranger, selon Jean-François Lisée

11/12/2013 04:58 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST
PC

Le Canada devient de plus en plus un «corps étranger» au Québec. Malgré deux échecs référendaires, les Québécois réalisent avec le temps qu'ils sont souverains et se détachent graduellement du Canada, pense le ministre Jean-François Lisée.

Le débat sur la charte des valeurs enchante le ministre parce qu'il contribue, selon lui, à accroître la volonté des Québécois de définir comme ils l'entendent et sans intervention fédérale le modèle de société et du «vivre-ensemble» qu'ils souhaitent.

L'attachement au Canada «se dégrade» à mesure que les Québécois prennent conscience que le fédéralisme est un «empêchement de prendre des décisions», a ajouté le ministre des Relations internationales, en point de presse mercredi.

Si l'appui à la souveraineté varie selon les sondages, l'idée selon laquelle les décisions concernant les Québécois doivent être prises entre eux ne cesse de progresser, a soutenu M. Lisée peu avant la réunion hebdomadaire du conseil des ministres à Québec.

La «pertinence du Canada» s'éclipse dans la vie des Québécois et il s'agit d'une tendance de fond, croit le ministre.

Selon lui, l'indifférence de la population québécoise envers la politique fédérale et les enjeux du reste du pays illustre le phénomène. Cette absence d'intérêt pour ce qui se passe de l'autre côté de la rivière des Outaouais n'a fait que s'amplifier depuis la disparition virtuelle du Bloc québécois du paysage politique national, a-t-il analysé.

«Lorsqu'on regarde l'attachement au Canada, ça se dégrade considérablement et quoi qu'on pense de nos débats internes, on sait que c'est chez-nous que ça se passe. Et le débat sur la charte, c'est ce débat. On est en train de décider entre Québécois comment on voudrait élaborer notre vivre-ensemble», a soulevé M. Lisée.

Sur une question aussi fondamentale que celle de la laïcité, «le facteur canadien» est «inexistant», a poursuivi le ministre.

«On réfléchit à ces questions comme si nous n'étions pas dans la fédération canadienne. Les fédéralistes ont beaucoup de difficulté à dire quelle est la valeur ajoutée de notre présence au Canada dans un débat comme celui de la charte. Ils ne peuvent pas dire ça», a-t-il noté.

Pour le député de Rosemont, les Québécois tiennent à prendre des décisions pour et par eux-mêmes, que ce soit en matière de politique économique, de représentation à l'étranger, de relations avec les syndicats ou en ce qui a trait à la relance de la ville de Montréal. La simple évocation du gouvernement fédéral dans ces dossiers traduit un malaise.

«Lorsqu'on parle du gouvernement fédéral, de quoi on parle? Qu'ils veulent mettre un péage que personne ne veut sur le pont Champlain, ils veulent réduire l'intervention de nos fonds de travailleurs alors que même les Chambres de commerce leur disent de ne pas le faire, ils veulent modifier l'assurance emploi, la liste est longue. À chaque fois qu'on parle du Canada en ce moment au Québec, c'est des bâtons dans nos roues», a-t-il argué.

À bien des égards, le gouvernement de Stephen Harper est «plus irritant» pour le Québec mais «le refus canadien de s'inscrire dans les consensus québécois» est incarné tout aussi bien par les libéraux et les néo-démocrates, d'après M. Lisée.

Dans la psyché des Québécois, «le Canada devient de plus en plus un corps étranger, un empêchement de prendre des décisions», a-t-il constaté.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois