NOUVELLES

Grossesse: l'alimentation du père est aussi importante que celle de la mère

11/12/2013 02:44 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - L'alimentation du père avant la conception aurait un impact tout aussi important sur la santé du bébé que celle de la mère, affirme une chercheure de l'université McGill.

L'étude a porté sur la vitamine B9, aussi appelée acide folique, une substance que l'on retrouve dans de nombreux légumes-feuilles, des grains, des fruits et de la viande. On sait depuis longtemps que la mère a besoin d'un apport adéquat en acide folique pour prévenir les fausses couches et les anomalies congénitales. L'importance de l'alimentation du père est nettement moins bien comprise.

Une étude menée par la chercheure Sarah Kimmins démontre pour la première fois que les niveaux d'acide folique dans l'alimentation du père sont tout aussi cruciaux au développement et à la santé du bébé. L'étude ajoute que les pères devraient accorder autant d'attention à leur alimentation et à leurs habitudes de vie que la mère avant la conception de l'enfant.

L'acide folique est ajouté à de nombreux aliments, mais les hommes dont l'alimentation est riche en gras, qui sont obèses ou qui habitent des régions touchées par l'insécurité alimentaire peuvent souffrir d'une déficience en acide folique.

Mme Kimmins et ses collègues ont constaté, lors d'expériences réalisées sur des souris, que les portées nées de pères ayant un apport insuffisant en acide folique dans leur alimentation présentaient davantage d'anomalies congénitales que les portées nées de pères ayant une alimentation correcte.

Plus précisément, les chercheurs ont noté une hausse de près de 30 pour cent des anomalies congénitales dans les portées nées de pères dont l'apport en acide folique était insuffisant. Ils ont constaté des déformations importantes du squelette, notamment au niveau du crâne et de la colonne vertébrale.

L'étude semble donc indiquer que les spermatozoïdes peuvent emporter avec eux un héritage de l'environnement du père et, possiblement, de son alimentation et de ses choix de vie.

«Notre recherche démontre que les pères doivent réfléchir à ce qu'ils mettent dans leur bouche, à ce qu'ils fument, et ils doivent se souvenir qu'ils sont les gardiens de la prochaine génération», a dit Mme Kimmins par voie de communiqué.

La scientifique souhaite maintenant collaborer avec des cliniques de fertilité pour approfondir le lien entre l'alimentation du père, le surplus de poids et la santé des bébés.

PLUS:pc