NOUVELLES

Changements majeurs apportés aux services de Postes Canada et hausses de tarifs

11/12/2013 10:18 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

OTTAWA - Pour espérer renouer avec la rentabilité, Postes Canada met de l'avant un plan d'action majeur qui se traduira par l'élimination graduelle de la livraison du courrier à domicile, une forte hausse des prix des timbres ainsi que le départ de milliers d'employés.

Le syndicat et les partis d'opposition craignent que ce soit là un pas vers la privatisation des services. Ils notent par ailleurs que l'annonce survient quelques heures seulement après la fin de la session parlementaire à Ottawa. La ministre responsable, Lisa Raitt, salue pour sa part l'initiative de la société de la Couronne.

Dans cinq ans, la société fédérale, aux prises avec d'importantes difficultés financières, prévoit que tous les Canadiens devront se déplacer vers des boîtes postales communautaires afin d'y récupérer leur courrier. Actuellement, environ le tiers des ménages canadiens reçoivent leur courrier directement à la porte.

La première phase de cette transition majeure est prévue pour la deuxième moitié de l'année 2014.

Postes Canada estime pouvoir réaliser d'importantes économies en procédant de la sorte, puisqu'elle pourra réduire son nombre d'employés affectés à la livraison du courrier.

«Face au déclin irréversible du courrier, Postes Canada doit maîtriser ses coûts plus que jamais afin de pouvoir continuer d’offrir un service à des tarifs concurrentiels, explique la société fédérale. La livraison à domicile est beaucoup plus coûteuse que la livraison à une boîte postale communautaire.»

Ainsi, la société fédérale s'attend à ce que quelque 15 000 de ses employés quittent l'entreprise ou prennent leur retraite d'ici cinq ans, ce qui devrait aider à réduire le personnel d’entre 6000 à 8000 postes, principalement au moyen de l’attrition.

«Des milliers d’employés s’apprêtent à prendre leur retraite au cours des cinq prochaines années», croit la société fédérale.

Les quelque 10 millions de ménages qui reçoivent déjà leur courrier ainsi que leurs colis dans des boîtes postales communautaires ne seront toutefois pas affectés par ce plan.

Tarifs en hausse

De plus, Postes Canada mettra sur pied une nouvelle structure de tarification progressive pour les envois à l’intérieur du pays. Les clients qui achèteront leurs timbres en carnets ou en rouleaux paieront 0,85 $ par timbre et ceux qui s'en procureront à l’unité devront débourser 1,00 $ par timbre, alors que le tarif actuel est de 0,63 $. Ces nouveaux tarifs entreront en vigueur le 31 mars prochain.

Postes Canada estime que cette augmentation aura un impact annuel de 5 $ sur les ménages, puisque selon ses prévisions, un ménage moyen achète de 12 à 24 timbres par année.

Les tarifs du courrier surdimensionné à destination de l'extérieur du pays ainsi que ceux du courrier pesant plus de 30 grammes seront également majorés et correspondront généralement aux niveaux tarifaires nouvellement établis.

Le plan de la société fédérale prévoit également un renforcement de son réseau, qui comptait plus de 6400 comptoirs postaux au 31 décembre 2012, grâce à une augmentation de ses bureaux de poste concessionnaires dans les commerces à l’échelle du pays.

Selon Postes Canada, la mise en oeuvre du plan annoncé mercredi était inévitable puisque son modèle d'affaires actuel était insoutenable.

«Postes Canada commence à enregistrer d'importantes pertes financières, a indiqué la société fédérale. Sans intervention, ces pertes pourraient mettre en péril sa situation financière en plus d'imposer un fardeau significatif aux contribuables.»

Pour le troisième trimestre terminé le 28 septembre dernier, Postes Canada avait fait part d'une perte de 109 millions $ avant impôt, comparativement à 145 millions $ lors du trimestre correspondant de 2012.

La ministre appuie

La ministre responsable de Postes Canada, Lisa Raitt, a cité la baisse de la demande des citoyens pour les services postaux pour expliquer son appui à la décision de la société de la Couronne.

«Dans le monde numérique d'aujourd'hui, les Canadiens envoient beaucoup moins de courrier qu'auparavant», a-t-elle écrit dans un communiqué.

Les partis d'opposition, eux, craignent que ces coupes constituent un pas de plus vers la privatisation des services. «Depuis que le gouvernement conservateur est au pouvoir, on se doute bien qu'ils s'en vont de plus en plus vers la privatisation de Postes Canada», a déploré le député bloquiste André Bellavance.

«On se demande si ce n'est pas la volonté de mettre à mort un service public», a renchéri le député néo-démocrate Alexandre Boulerice à la sortie du caucus mercredi.

«Le fait qu'on fasse cette annonce-là le lendemain de la fin de la session parlementaire, ça montre effectivement que peut-être que c'était planifié et qu'on a voulu éviter de se faire poser des questions en Chambre là-dessus», a-t-il ajouté.

Le chef libéral Justin Trudeau a quant à lui soulevé l'ironie d'une annonce comme celle-là à l'approche de Noël, une période de l'année où les services postaux sont plus sollicités avec l'envoi de cartes de voeux et de cadeaux.

Le syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) assure de son côté avoir des solutions de rechange pour redresser la situation financière de la société, comme celle d'offrir des services bancaires dans les bureaux de poste.

Son président Denis Lemelin estime que ce seront particulièrement les personnes âgées ou handicapées qui subiront les contrecoups «catastrophiques» de cette décision. Il craint également que les gens délaissent Postes Canada pour se tourner graduellement vers les services privés comme FedEx.

«Les gens vont perdre confiance au niveau du service postal, parce qu'après ça, ça va être d'autres coupures qui vont être annoncées», a-t-il déploré.

Il signale que si Postes Canada va bel et bien de l'avant avec de telles mesures, ce sera «la fin d'une époque», et il appelle les citoyens mécontents à se mobiliser.

PLUS:pc