POLITIQUE

Perquisition de l'UPAC au domicile de Suzanne Bibeau

10/12/2013 09:46 EST | Actualisé 09/02/2014 05:12 EST
Radio-Canada.ca

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a effectué mardi une perquisition à la résidence lavalloise de Suzanne Bibeau, sœur de Marc Bibeau, un ex-argentier du Parti libéral du Québec (PLQ).

Des policiers de la Sûreté du Québec étaient présents aux abords de la résidence de la rue des Érables, tandis que des enquêteurs travaillaient à l'intérieur. Des enquêteurs de l'UPAC ont aussi été aperçus dégageant une entrée de garage à la pelle pour aller y chercher des documents.

Selon les informations de Radio-Canada, Suzanne Bibeau n'était pas directement visée par l'opération, qui s'intéresserait plutôt à des entreprises familiales.

Ce n'est pas la première fois que la famille Bibeau reçoit la visite des enquêteurs. En novembre dernier, les bureaux des firmes Construction Garnier, Saramac et Schokbéton ont été l'objet de perquisitions dans le cadre d'une enquête concernant notamment des activités de financement politique illégal au PLQ.

L'entreprise Schokbéton est la propriété de la famille Bibeau, alors que certains de ses membres siègent au conseil d'administration de Saramac.

L'UPAC a indiqué qu'il n'y avait aucune arrestation pour le moment.

Marc Bibeau, réputé proche de Jean Charest, aurait été fort influent dans l'organisation et le financement du PLQ sous son règne, sans que ces faits n'aient cependant jamais été confirmés publiquement. Son nom a été évoqué à la commission Charbonneau par l'ex-député libéral de Vimont Benoît Fradet (1989-1997) et par l'ex-entrepreneur Lino Zambito.

Marc Bibeau a enfin été mentionné devant la commission Charbonneau, au détour d'une phrase, par l'ex-vice-président de SNC-Lavalin, Yves Cadotte, qui l'a décrit comme l'une des deux personnes qui collectaient auprès de sa firme au nom du PLQ.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques frappes de l'UPAC