NOUVELLES

Le monde salue un « géant de l'histoire »

10/12/2013 03:44 EST | Actualisé 08/02/2014 05:12 EST

Les grands de ce monde, dont le président américain Barack Obama et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, ont pris part avec des milliers de Sud-Africains à une gigantesque cérémonie en hommage à Nelson Mandela, décédé à l'âge de 95 ans jeudi.

Le président américain Barack Obama, chaleureusement applaudi par la foule à son arrivée sur l'estrade, a salué le « dernier grand leader du XXe siècle ».

« C'est difficile de faire l'éloge de n'importe quel homme [...] mais c'est encore plus difficile pour un géant de l'histoire qui a mené une nation vers la justice », a dit le président dans un puissant discours.

Le plus grand de tous les baobabs

« L'Afrique du Sud a perdu un père. Le monde a perdu un ami cher et un mentor », a déclaré pour sa part le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

« Ce plus grand de tous les baobabs a planté des racines qui ont poussé partout sur la planète, a-t-il poursuivi. Nelson Mandela nous a montré la voie avec un coeur plus grand que ce stade et un sourire contagieux qui aurait pu en allumer les lumières. En fait, il a éclairé le monde. »

Peu avant, le président sud-africain Jacob Zuma a été hué à plusieurs reprises par la foule, alors que l'ancien président Thabo Mbeki, écarté du pouvoir en 2008, a été applaudi.

Ce service funéraire était l'événement central d'une semaine dédiée au père de la nation sud-africaine. L'événement s'est déroulé au stade de soccer de Soweto, en banlieue de Johannesburg, là où Nelson Mandela, fraîchement libéré des geôles de l'apartheid, a été ovationné par la foule de ses partisans pour une nouvelle Afrique du Sud en 1990.

C'est également dans cette vaste enceinte de 95 000 places que Mandela a fait sa dernière apparition en public, avant la finale de la Coupe du monde de soccer en 2010.

À l'intérieur du stade, l'atmosphère était à la joie et à la célébration, malgré la pluie. Les Sud-Africains dansaient et chantaient les airs de la lutte contre l'apartheid, avec en fond sonore le bruit des vuvuzelas, les célèbres cornes de plastique devenues un des symboles de la Coupe du monde de 2010.

Des invités de marque

Une centaine de chefs d'État ou de gouvernement, actuels ou anciens, avaient confirmé leur présence. Le fait que certains d'entre eux entretiennent des relations conflictuelles montre le caractère rassembleur de l'événement, à l'image de l'homme qu'était Nelson Mandela.

La délégation canadienne était composée de 11 dignitaires, soit le premier ministre Stephen Harper et son épouse, ses prédécesseurs Jean Chrétien, Brian Mulroney, Kim Campbell et Joe Clark, les ex-gouverneures générales Michaëlle Jean et Adrienne Clarkson, le président de l'Assemblée des Premières Nations Shawn Atleo, ainsi que le haut-commissaire du Canada en Afrique du Sud et son épouse.

Funérailles intimes

Le corps de Nelson Mandela sera maintenant exposé durant trois jours au siège du gouvernement, à Pretoria.

Il sera ensuite inhumé dimanche à Qunu, sur la terre de ses ancêtres. Seul un nombre restreint de dignitaires étrangers seront présents à cette occasion.

Nelson Mandela reposera auprès de trois de ses six enfants; une fille morte en couches en 1948, un fils, Thembi, victime d'un accident de voiture en 1969, et Makgatho, mort du sida en 2005.

PLUS:rc