NOUVELLES

De nombreux leaders mondiaux rendent hommage à Nelson Mandela à Soweto

10/12/2013 07:24 EST | Actualisé 09/02/2014 05:12 EST

JOHANNESBURG - Des leaders du monde entier se sont joints à des Sud-Africains enjoués, mardi, pour rendre un dernier hommage à Nelson Mandela, mort la semaine dernière à l'âge de 95 ans.

La cérémonie s'est déroulée sous une pluie froide, dans un stade de Soweto qui n'était rempli qu'aux deux tiers.

La foule a conspué le président sud-africain Jacob Zuma, qui devait livrer le discours liminaire de cette cérémonie qui a débuté avec une heure de retard. Plusieurs Sud-Africains sont insatisfaits de M. Zuma en raison de nombreux scandales de corruption, mais le Congrès national africain qu'il dirige, et qui était auparavant mené par M. Mandela, demeure le favori en vue des élections de l'an prochain.

Le président américain Barack Obama figurait parmi les dignitaires invités à prendre la parole. Il a loué Nelson Mandela comme un homme d'action et de conviction, qui a enseigné au monde l'importance de la raison, des arguments et du compromis.

«Son combat était votre combat. Son triomphe a été votre triomphe», a-t-il lancé.

Il a décrit M. Mandela comme un «géant de l'histoire« qui a dirigé son pays vers la justice en plus d'être une source d'inspiration pour la planète.

Le discours de M. Obama a été accueilli par un tonnerre d'applaudissements. Le président américain a rappelé que M. Mandela a ouvert les bras à ses ennemis quand il a finalement été libéré, après 27 ans de détention, pour faire la promotion du pardon et de la réconciliation en Afrique du Sud.

«Nous devons nous aussi agir au nom de la justice. Nous devons nous aussi agir au nom de la paix, a lancé M. Obama. Aujourd'hui encore, à travers le monde, des hommes et des femmes sont emprisonnés pour leurs croyances politiques; ils sont toujours persécutés pour leur apparence physique, ou leur culte, ou ceux qu'ils aiment.»

Auparavant, Barack Obama avait serré la main au président cubain Raul Castro, qui assistait également au service commémoratif de l'ancien président sud-africain, et de la présidente brésilienne Dilma Rousseff. Les relations entre les États-Unis et le Brésil ont été mises à mal par les allégations d'espionnage par la NSA américaine.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a aussi pris la parole pour mentionner que l'Afrique du Sud avait perdu un héros et le monde, un ami.

Un forte délégation canadienne était présente à la cérémonie.

Outre le premier ministre Stephen Harper, les anciennes gouverneures générales Adrienne Clarkson et Michaelle Jean, de même que les anciens premiers ministres Brian Mulroney, Jean Chrétien, Kim Campbell et Joe Clark sont présents.

Thabo Mbeki, qui a succédé à M. Mandela à la présidence sud-africaine, a été chaleureusement applaudi quand il est monté sur l'estrade. Le président français François Hollande et son prédécesseur Nicolas Sarkozy sont arrivés ensemble.

La veuve de M. Mandela, Graca Michel, et son ancienne épouse Winnie Madikizela-Mandela ont partagé une longue étreinte avant le début de la cérémonie. On a aussi vu sur place l'actrice Charlize Theron, le mannequin Naomi Campbell et le chanteur Bono.

Mardi marquait le 20e anniversaire du prix Nobel de la paix qu'ont reçu M. Mandela et F.W. de Klerk, le dernier président de l'Afrique du Sud sous le régime de l'apartheid. Les deux hommes avaient été honorés pour leurs efforts en faveur de la paix. M. de Klerk, un ancien rival qui était devenu un ami de M. Mandela, a assisté à la cérémonie.

Le stade de Soweto était aussi le lieu de la dernière apparition publique de M. Mandela, lors des cérémonies de clôture de la Coupe du monde de football en 2010.

PLUS:pc