NOUVELLES

Commission Charbonneau: suspension des audiences publiques jusqu'en janvier

10/12/2013 04:37 EST | Actualisé 09/02/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Les audiences publiques de la Commission Charbonneau ont été suspendues pour les Fêtes, mardi, et ne reprendront que le 13 janvier prochain.

La présidente de la commission, la juge France Charbonneau, a mis un terme à ces audiences automnales en justifiant auprès du public le fait que la commission ait tenu autant de journées d'audiences en non-publication, ces dernières semaines.

Elle a rappelé que la commission d'enquête devait veiller à protéger la preuve qui sera entendue dans des procès.

«Vu la nature de notre mandat et l'obligation qui nous est faite de protéger les enquêtes et les procès en cours, plusieurs témoins ont été entendus en non-publication ces dernières semaines. Certains ont été remis en public. La raison est fort simple: plusieurs des personnes entendues subissent ou vont subir dans un avenir très rapproché leur procès. Nous n'avions pas le choix», a justifié la juge Charbonneau.

Elle a rappelé que le public peut toujours venir assister aux audiences en personne, au centre-ville de Montréal.

De plus, les témoignages entendus sous interdit de publication seront libérés intégralement le jour où la commission pourra le faire, a-t-elle réitéré.

«Pour le moment, je vous assure que tout ce qui peut être diffusé publiquement l'est», a-t-elle ajouté.

Les audiences tenues cet automne auront permis de se pencher sur l'infiltration de l'industrie de la construction par le crime organisé, à l'aide de cas précis. La juge Charbonneau a précisé que la commission continuera à aborder ce thème à compter du 13 janvier.

D'autres thèmes doivent être abordés par la commission, notamment le financement des partis politiques et les contrats octroyés par le ministère des Transports du Québec, selon ce qui a été annoncé à l'origine. La présidente de la commission n'a toutefois pas donné d'indice sur le prochain thème à l'ordre du jour.

L'homme d'affaires Louis-Pierre Lafortune a terminé mardi son témoignage, qu'il avait commencé le 28 novembre dernier. Celui-ci a été frappé d'un interdit de publication.

Les avocats représentant les médias s'adresseront d'ailleurs à la commission, jeudi, pour tenter d'en faire libérer des passages.

Les commissaires doivent également s'atteler à la tâche de rédiger un rapport d'étape d'ici le 31 janvier.

PLUS:pc