NOUVELLES
10/12/2013 09:45 EST | Actualisé 09/02/2014 05:12 EST

En Chine, la télévision publique présente des avantages au brouillard suffoquant

ASSOCIATED PRESS
A tourist with a protective mask takes a self-portrait at the Bund under heavy haze in Shanghai, China, Monday, Dec. 9, 2013. The dirty air that has gripped Shanghai and its neighboring provinces for days is attributed to coal burning, car exhaust, factory pollution and weather patterns, and is a stark reminder that pollution is a serious challenge in China. (AP Photo/Eugene Hoshiko)

La télévision publique chinoise a essuyé mardi un feu nourri de critiques pour avoir trouvé des vertus à la pollution atmosphérique qui a encore fait suffoquer plusieurs métropoles du pays la semaine dernière,.

Dans un commentaire publié sur son site internet, la télévision CCTV a estimé que le "smog", l'épais brouillard polluant qui a notamment enveloppé plusieurs jours Shanghai et Pékin, avait "apporté cinq avantages à la nation et aux habitants".

Selon CCTV, la pollution atmosphérique est ainsi porteuse d'"espérances d'égalité": "Vous les nouveaux riches ne pouvez échapper au smog que nous la plèbe respirons", a-t-elle écrit dans ce commentaire.

L'air irrespirable a aussi le mérite de rendre la population chinoise "davantage unie", car villes et villages souffrent ensemble, tandis que les habitants sont "plus conscients" de l'importance du développement durable et deviennent "davantage savants" en météo et en chimie, a soutenu CCTV.

Enfin, toujours selon CCTV, les Chinois ont affiné leur sens de l'humour grâce aux nombreuses plaisanteries qui ont pour thème le "smog".

Le journal Nouvelles de Pékin a étrillé mardi CCTV, l'accusant d'être prête à toutes les compromissions pour plaire au régime: c'est "l'habituelle flagornerie" des organes d'information officiels, écrit ce journal qui dispose d'un peu plus d'indépendance que les autres par rapport aux autorités communistes.

CCTV "peut chanter des louanges (aux autorités) sans égard pour le côté affligeant" du problème, ajoute le journal.

Le grave niveau de pollution des villes est l'un des principaux sujets de mécontentement de la population à l'égard d'un gouvernement jugé peu soucieux d'améliorer rapidement la situation.

Le journal Global Times, étroitement lié au Parti communiste, a de son côté effacé de son site internet un article dans lequel il expliquait que la pollution était l'alliée de la défense nationale, car elle dissimulerait d'éventuelles cibles de tirs de missiles.

La pollution paralyse Harbin en Chine

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.