NOUVELLES

Le premier ministre de Singapour lance un appel au calme après les émeutes

09/12/2013 10:38 EST | Actualisé 08/02/2014 05:12 EST

SINGAPOUR - Le premier ministre de Singapour a lancé un appel au calme lundi, après que l'État ait été frappé par ses premières émeutes en 40 ans.

Dix-huit personnes ont été blessées quand quelque 400 travailleurs migrants sud-asiatiques s'en sont pris à des policiers et ont incendié des voitures.

La violence a éclaté dans le quartier achalandé de Little India dimanche soir, après qu'un travailleur indien eut été mortellement happé par un autobus privé conduit par un citoyen de Singapour, ont précisé les autorités policières et gouvernementales lors d'une conférence de presse.

Les tensions se font de plus en plus vives entre les Singapouriens et les travailleurs migrants qui représentent maintenant le quart des 5,4 millions d'habitants du pays.

Le premier ministre Lee Hsien Loong a affiché sur Facebook un message dans lequel il rappelle que la majorité des travailleurs étrangers respectent la loi. Il a ajouté que rien ne saurait justifier des commentaires haineux ou xénophobes, surtout en ligne.

Des analystes libéraux ont profité de la situation pour demander un traitement plus humain des travailleurs étrangers.

Des milliers de travailleurs sud-asiatiques convergent vers Little India le dimanche pour boire, manger et faire des achats.

La police a procédé à l'arrestation de 27 sud-asiatiques, dont 24 Indiens. Deux autres sont Bangladais et la nationalité du troisième n'est pas connue.

Le réseau Channel News Asia a diffusé des images de véhicules incendies, d'une voiture de police renversée sur le côté et de manifestants fracassant le pare-brise d'un autobus à l'aide de bâtons et de poubelles.

Les participants à une émeute peuvent écoper de sept ans de prison à Singapour. Ils sont aussi passibles d'être fouettés avec une cane de rotin.

Il s'agirait des pires manifestations en plus de 40 ans à Singapour, une ville-État ordonnée et moderne reconnue pour ses peines sévères et pour ses citoyens généralement respectueux de la loi.

PLUS:pc