NOUVELLES

Des conversations révélatrices entre l'ex-policier Benoît Roberge et un Hells Angel

09/12/2013 05:59 EST | Actualisé 08/02/2014 05:12 EST
Radio-Canada

La police a entre les mains 10 conversations entre le Hells Angel René Charlebois et l'ancien sergent-détective Benoît Roberge, dans lesquelles on apprend comment M. Charlebois s'y prenait pour payer les informations hautement confidentielles que M. Roberge lui aurait vendues.

Un texte d'Isabelle Richer

Un montant de 100 000 $ est mentionné lors d'un des entretiens. René Charlebois indique même au policier comment se fera l'échange d'argent.

Le motard explique qu'il fournit 25 000 $ et que Salvatore Cazzetta verse 75 000 $. Salvatore Cazzetta, surnommé la « Barbe dans le milieu » par Charlebois, est un des membres les plus influents des Hells Angels, arrêté dans l'opération SharQc en 2009, mais libéré des accusations depuis. Il a des contacts dans tous les clans du crime organisé montréalais.

Les conversations révèlent que René Charlebois insiste pour obtenir des informations sur l'endroit où se cache Sylvain Boulanger, le témoin principal de la Couronne qui a mené à l'arrestation de 156 Hells Angels dans l'opération SharQc.

René Charlebois promet beaucoup d'argent au policier s'il trouve cette information. Et Benoît Roberge répond que c'est compliqué, même difficile.

Selon la preuve, René Charlebois se sert du policier Roberge pour en apprendre le plus possible sur les sources, sur ceux qui collaborent avec les policiers. Lors d'une conversation, M. Roberge est réticent à donner le nom d'une source, craignant que l'individu soit éliminé. René Charlebois se fait rassurant.

Benoît Roberge donne finalement le nom de la source. Dans une autre conversation, Benoît Roberge déclare qu'il est important qu'il ait un petit magot pour se défendre si jamais il se fait prendre. Il informe aussi le motard Charlebois qu'il prend sa retraite du Service de police de la Ville de Montréal, mais qu'il est embauché par Revenu Québec, où il aura, là aussi, accès à beaucoup d'informations.

Selon la preuve recueillie, Benoît Roberge aurait touché 500 000 $ au bas mot pour les informations refilées aux motards. Des informations qui auraient permis à plusieurs suspects d'échapper à la police et qui auraient fait avorter des enquêtes en cours depuis des mois.

La Sûreté du Québec a arrêté Benoît Roberge le 5 octobre dernier au centre commercial Quartier DIX30 en Montérégie, alors qu'il se trouvait en compagnie d'un membre proche de la mafia italienne. Il est détenu depuis son arrestation.

René Charlebois s'était quant à lui évadé de l'établissement à sécurité minimum Montée Saint-François le 14 septembre dernier avant d'être retrouvé 12 jours plus tard par les policiers dans un chalet à proximité de Sainte-Anne-de-Sorel.

Le fugitif se serait suicidé à l'aide d'une arme à feu au moment où les policiers s'apprêtaient à intervenir pour le mettre en état d'arrestation.