NOUVELLES

Brutalité au G20 à Toronto : 45 jours de prison pour un policier

09/12/2013 02:05 EST | Actualisé 07/02/2014 05:12 EST

Un policier de Toronto, reconnu coupable de voies de fait armées pendant le sommet du G20 à Toronto en 2010, a été condamné lundi à 45 jours de prison.

L'agent Babak Andalib-Goortani avait été reconnu coupable, en septembre dernier, d'usage de force excessive contre le manifestant Adam Nobody, le 26 juin 2010.

La juge Louise Botham a prononcé cette condamnation après avoir entendu les arguments de la Couronne et de la défense. « Les citoyens respecteront les lois lorsqu'ils seront convaincus que ceux qui ont le pouvoir de les mettre en application le feront justement », mentionne-t-elle.

« Quand ce lien de confiance est brisé, les citoyens doivent savoir que les policiers seront tenus pour responsables », ajoute la juge Botham. Elle a souligné que le fait qu'Adam Nobody était déjà sur le sol au moment des voies de fait était un facteur aggravant, en plus que le nom et l'insigne de l'agent Andalib-Goortani n'étaient pas visibles.

« Je peux seulement conclure que c'était un acte délibéré pour qu'il soit plus difficile de l'identifier », dit-elle.

La Couronne réclamait une courte période d'emprisonnement pour envoyer un message clair contre la conduite du policier. De son côté, la défense voulait l'absolution, affirmant que son client avait déjà suffisamment souffert, puisqu'il souffre de stress post-traumatique et qu'il est dans un état psychologique fragile.

Plus de 1000 personnes ont été détenues par la police durant les manifestations en marge du sommet du G20 à Toronto; la plupart ont été libérées dans les 24 heures, sans être accusées de quoi que ce soit.

L'agent Babak Andalib-Goortani était l'un des deux policiers à faire face à des accusations criminelles à la suite de ces arrestations. Plus tôt cette année, l'agent Glenn Weddell a été acquitté.

PLUS:rc