DIVERTISSEMENT

Anne Casabonne nous parle de la pièce «L'Esprit de famille» et du futur de «La Galère»

09/12/2013 03:17 EST | Actualisé 08/02/2014 05:12 EST
Duceppe

Après un automne télévisuel fort chargé avec la «dernière » saison de La Galère et son arrivée dans Unité 9, Anne Casabonne foulera les planches du théâtre Jean Duceppe dès le 18 décembre dans L'Esprit de famille.

Réunis lors d'une pendaison de crémaillère, trois frères profitent d'un repas en compagnie de leurs épouses, jusqu'à l'arrivée d'une jeune et charmante demoiselle qui connait bien chacun des frangins. L'esprit festif de la soirée cèdera sa place aux malaises, à la jalousie, aux mensonges et à la méfiance.

«La super belle fille arrive à l'improviste et les trois femmes se demandent pourquoi elles n'en ont jamais entendu parler et comment leurs maris la connaissent, résume Anne Casabonne. Mais ce n'est pas une vamp. C'est une fille brillante qui vient semer la zizanie pour se venger.»

Bien que la pièce ait été présentée à Rougemont l'été dernier et que les histoires de couples rappellent à première vue les situations bancales qu'on retrouve dans le genre estival dénigré par plusieurs, la comédienne assure que L'Esprit de famille nous amène ailleurs.

«Ça n'a rien à voir avec les scènes de claquage de porte, ni avec les gros rires gras où on se tape sur les cuisses. C'est quelque chose de plus fin qui ressemble davantage à une comédie dramatique. On fait appel à l'intelligence du spectateur. Avec l'adaptation qu'a faite Michel Tremblay, on reconnait des personnes de notre entourage qui ont certainement déjà vécu ça.»

Jouant aux côtés de Linda Sorgini, Catherine-Anne Toupin, Catherine Florent, Roger La Rue, Yves Bélanger et Antoine Durand, elle affirme également que son personnage a un petit quelque chose d'éclaté à la Claude Milonga dans La Galère.

«C'est une agente d'immeuble qui essaie de flasher avec ses vêtements et qui reste dans la superficialité. Son rapport avec son mari s'est un peu effrité avec le temps et leur enfant est pratiquement la seule chose qui les tient ensemble. Mais je crois que le propos de la pièce est plus fort que ce que sont les personnages ou ce qu'ils font dans la vie. Je pense que peu importe notre métier, on réagirait de la même façon si on vivait ce qui leur arrive.»

La Galère : passé et futur

Au cours de l'automne, les actrices principales de La Galère sont apparues dans des capsules vidéo diffusées sur Facebook où elles répondaient à des questions du public. On pouvait alors entendre Geneviève Rochette expliquer qu'Anne Casabonne était particulièrement bien préparée avant de tourner les scènes comiques. «Elle est très gentille d'avoir dit ça, mais on était quatre travaillantes qui arrivaient prêtes durant le tournage. Et par rapport à ce qu'elle a dit, je pense que j'ai un bon sens du timing parce que je pratique depuis que je suis enfant. Dès que j'ai compris que c'était plus plaisant de faire rire les gens que de me faire chicaner, j'ai développé des réflexes comiques et mes larmes de crocodile. C'était la grosse manipulation», précise-t-elle en rigolant.

Si René-Claude Brazeau décidait d'écrire une nouvelle saison de télésérie ou des téléfilms spéciaux avec les mêmes personnages, Anne Casabonne replongerait sans se poser de question. «C'est l'évidence totale. Je ne suis pas capable de faire mon deuil. René-Claude nous a écrit "À bientôt" à la fin du dernier épisode et elle n'arrête pas de parler d'un éventuel retour dans ses entrevues à la télé. Pour moi, ce n'est pas fini. Je lui ai d'ailleurs fait savoir que si elle n'écrivait pas une suite, j'allais lui donner une tape sur la gueule. Amicalement, bien sûr.»

La pièce L'Esprit de famille sera présentée chez Duceppe du 18 décembre 2013 au 8 février 2014.

Quelles séries regardez-vous en 2014?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.