NOUVELLES

Philippines: L'ONU craint que des victimes n'aient pas encore reçu d'aide

08/12/2013 08:55 EST | Actualisé 07/02/2014 05:12 EST
Dan Kitwood via Getty Images
LEYTE, PHILIPPINES - NOVEMBER 23: People walk through debris near the shoreline where several tankers ran aground on November 23, 2013 in Leyte, Philippines. Bodies continue to be recovered nearly two weeks after the devastating Typhoon Haiyan as the official death toll now exceeds 5,000. The typhoon, which ripped through the Philippines over a week ago, has been described as one of the most powerful typhoons ever to hit land, leaving thousands dead and hundreds of thousands homeless. Countries all over the world have pledged relief aid to help support those affected by the typhoon, but damage to the airport and roads have made moving the aid into the most affected areas very difficult. With dead bodies left out in the open air and very limited food, water and shelter, health concerns are growing. (Photo by Dan Kitwood/Getty Images)

CANBERRA, Australie - La chef humanitaire de l'ONU enquête sur des allégations voulant que l'aide n'ait pas encore atteint certaines régions éloignées des Philippines, un mois après le typhon dévastateur.

Valerie Amos, la Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, a affirmé qu'elle s'attendait à ce que le matériel et les vivres aient été livrés aux survivants par hélicoptère et ce, même dans les îles les plus éloignées.

Bien qu'une aide importante parvienne aux plus grands centres, elle s'inquiète que les besoins de quelques petites îles n'aient pas encore été comblés.

Lundi, elle a affirmé qu'elle voyait encore «des reportages inquiétants dans les médias», dans lesquels les gens disaient qu'ils n'avaient encore reçu aucune aide. Elle a ajouté que son équipe se penchait sur ce dossier.

Le typhon Haiyan qui a dévasté la ville de Tacloban et d'autres régions côtières des Philippines le 8 novembre a fait plus de 5700 morts et 1700 disparus. Environ 4 millions de personnes ont été déplacées.

Présentement en Australie pour tenir des discussions sur l'aide humanitaire avec le gouvernement, Mme Amos a défendu le gouvernement philippin de critiques disant qu'il tardait à fournir l'aide nécessaire aux sinistrés. Elle a expliqué que les Philippines faisaient face à plus de 20 typhons par année et que le pays était bien préparé aux tempêtes.

«Mais personne n'aurait pu anticiper l'importance et la sévérité de celle-ci», a-t-elle déclaré.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le super-typhon Haiyan frappe les Philippines (8 novembre 2013)