NOUVELLES

Les ex-rebelles de Seleka défient les ordre du président centrafricain

08/12/2013 08:40 EST | Actualisé 07/02/2014 05:12 EST

BANGUI, République centrafricaine - Les anciens rebelles qui contrôlent la République centrafricaine ont patrouillé, dimanche, certains quartiers de la capitale, Bangui, en dépit des directives du gouvernement, qui leur avait ordonné de rester dans leurs casernes.

Le président Michel Djotodia a officiellement dissout la coalition Seleka, une alliance entre plusieurs groupes d'insurgés pour la plupart musulmans, qui lui a permis de prendre le pouvoir en mars grâce à un coup d'État et qui se considère maintenant comme étant l'armée nationale.

Alors que 1600 soldats français sont arrivés dans le pays au cours du week-end afin d'aider à ramener l'ordre et la sécurité à Bangui, M. Djotodia a exhorté les ex-membres de Seleka à ne pas descendre dans les rues.

Toutefois, les camionnettes peinturées au pistolet généralement utilisées par les anciens rebelles ont été aperçues sur plusieurs routes de la capitale, dimanche, particulièrement dans les quartiers où les musulmans sont majoritaires. Une demi-douzaine d'ex-membres de Seleka étaient assis près d'un important hôpital avec des grenades dans les mains.

Les troupes de la France font partie d'une intervention militaire approuvée par les Nations unies lancée la semaine dernière à la suite d'affrontements religieux violents dans l'ancienne colonie française.

PLUS:pc