NOUVELLES

La France ne peut tout régler en République centrafricaine, estime un expert

08/12/2013 03:01 EST | Actualisé 06/02/2014 05:12 EST

Des voix s'élèvent pour réclamer une présence accrue de la communauté internationale en République centrafricaine, où les violences ont fait près de 400 morts au cours des trois derniers jours à Bangui, selon Laurent Fabius, chef de la diplomatie française, qui cite un bilan évoqué par la Croix-Rouge.

Pour le directeur de l'Observatoire mondial des droits de l'homme, Jean-Louis Roy, qui a déjà interpellé directement le premier ministre canadien Stephen Harper sur le « génocide » en République centrafricaine, « un pays comme le Canada ne peut pas juste attendre, écouter ce qui se dit ».

En entrevue à RDI, M. Roy a expliqué que les groupes armés d'Al-Qaïda étaient en train de progresser depuis le Sahel vers le centre du continent. « Cela doit être arrêté », a-t-il insisté.

La France seule ne pourra venir à bout de la situation qui prévaut en République centrafricaine, insiste l'historien et ex-diplomate.

« La France doit faire attention à ce qu'elle fait », car ce n'est pas sa mission, mais celle des Nations unies, estime M. Roy. Il s'agit d'une responsabilité de la communauté internationale, ajoute-t-il.

Quelque 1600 soldats français sont maintenant déployés en République centrafricaine. Ils doivent, en vertu d'un mandat de l'ONU, soutenir la force de l'Union africaine sur place pour rétablir la sécurité dans ce pays en proie au chaos depuis un coup d'État, en mars dernier, qui a porté Michel Djotodia au pouvoir.

Des violences intercommunautaires et interreligieuses entre chrétiens [80 % de la population] et musulmans ont éclaté depuis la prise du pouvoir par la Séléka, coalition rebelle à dominante musulmane, qui aurait perdu le contrôle d'une partie de ses troupes, qui s'en est pris à la population chrétienne.

Traumatisés par les massacres des derniers jours, les habitants de Bangui attendent que les militaires français se déploient dans les quartiers pour neutraliser les groupes armés qui terrorisent la population. L'archevêque chrétien de Bangui est intervenu pour demander à ses fidèles de résister à tout désir de vengeance.

PLUS:rc