NOUVELLES

La chanteuse Susan Boyle a appris qu'elle souffrait du syndrome d'Asperger

08/12/2013 11:07 EST | Actualisé 07/02/2014 05:12 EST

LONDRES - La chanteuse britannique Susan Boyle dit avoir reçu un diagnostic du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme — et affirme être grandement soulagée d'avoir enfin pu identifier son trouble.

Mme Boyle a déclaré au quotidien The Observer qu'elle avait consulté un spécialiste l'an dernier, qui l'a informée qu'elle souffrait de ce problème et que son quotient intellectuel était au-dessus de la moyenne.

La chanteuse âgée de 52 ans a souffert de difficultés d'apprentissage durant son enfance, où elle s'est fait dire que cela résultait de dommages au cerveau à la suite d'un manque d'oxygène à la naissance. Elle a éprouvé des difficultés à l'école et a été victime d'intimidation.

Dans une entrevue publiée dimanche, Mme Boyle stipule avoir désormais une meilleure compréhension de «ce qui ne va pas», et être plus calme à propos d'elle-même.

Cette bénévole dans une église originaire d'une petite ville d'Écosse est devenue une célébrité mondiale lorsqu'elle a participé à l'émission «Britain's Got Talent» en 2009.

Le contraste entre son côté timide et sa puissante voix lui a permis de séduire bon nombre de fans. Elle a vendu plus de 14 millions d'albums, et a récemment lancé son quatrième disque, «Home for Christmas». Elle effectuera également une première apparition au grand écran dans le film «The Christmas Candle».

La chanteuse a toutefois éprouvé quelques problèmes avec les pressions découlant de son nouveau statut de célébrité, et a été soignée pour épuisement nerveux peu après son passage à «Britain's Got Talent».

Mme Boyle se dit heureuse de pouvoir, en compagnie d'autres personnes, désormais mieux comprendre les problèmes auxquels elle fait face.

«Je dirais que j'ai des difficultés dans mes relations interpersonnelles, des difficultés à communiquer, ce qui a mené à beaucoup de frustration. Si les gens étaient un peu plus patients, cela aiderait», a-t-elle confié au journal.

«Le syndrome d'Asperger n'est pas quelque chose qui me définit. C'est un problème avec lequel je dois vivre et apprendre à coexister, mais je suis plus détendue à propos de ma personne.»

PLUS:pc