NOUVELLES

Ukraine: rappel des événements des deux dernières semaines de contestation du pouvoir

08/12/2013 06:31 EST | Actualisé 07/02/2014 05:12 EST
SERGEI SUPINSKY via Getty Images
Ukrainian protesters wave a giant EU flag along with Ukrainian flags as thousands gather for an opposition rally at Independence Square in Kiev on December 1, 2013. About 100 police were injured in clashes that broke out as 100,000 outraged Ukrainians swarmed Kiev in a call for early elections meant to punish authorities for rejecting a historic EU pact. AFP PHOTO/ SERGEI SUPINSKY (Photo credit should read SERGEI SUPINSKY/AFP/Getty Images)

KIEV - Rappel des événements en Ukraine, où le refus du pouvoir de signer fin novembre un accord d'association avec l'UE et les violences contre des manifestants pro-européens ont plongé le pays dans une crise politique sans précédent depuis la Révolution orange pro-occidentale de 2004.

- 21 novembre: Le président Viktor Ianoukovitch suspend soudainement les négociations sur un accord d'association avec l'UE et décide de relancer les relations économiques avec Moscou, déclenchant des manifestations de l'opposition pro-européenne.

- 24 novembre: Des dizaines de milliers de personnes manifestent sur la place de l'Indépendance, haut lieu de la Révolution orange. Rassemblements dans plusieurs autres villes, notamment à Lviv (ouest).

- 27 novembre: Les autorités affirment continuer de rechercher la signature de l'accord d'association avec l'UE à de meilleures conditions.

La veille, le premier ministre Mykola Azarov a reconnu que la Russie a dissuadé l'Ukraine de signer l'accord.

- 29 novembre: Le président Ianoukovitch confirme son refus de signer l'accord d'association provoquant une vive réaction des dirigeants européens contre Moscou tandis que l'opposition ukrainienne accuse le chef de l'État de «trahison».

- 30 novembre: Dispersion violente par la police anti-émeute d'une manifestation place de l'Indépendance, faisant des dizaines de blessés dont de nombreux étudiants.

L'opposition exige la démission du chef de l'État ainsi que des élections anticipées, dénonçant un durcissement du régime.

- 1er décembre: Une foule de 200 000 à 500 000 manifestants se masse sur la place de l'Indépendance, occupée depuis par des milliers d'opposants qui y ont dressé des tentes et des barricades.

Environ 300 blessés dans des affrontements, notamment devant le siège de l'administration présidentielle. Des centaines de militants de l'opposition occupent la mairie de Kiev.

- 2 décembre: Plusieurs milliers de manifestants bloquent le siège du gouvernement à Kiev.

Le Premier ministre Mykola Azarov dénonce «un coup d'État» tandis que le président russe Vladimir Poutine fustige des manifestations qui «ressemblent plus à un pogrom qu'à une révolution».

La Maison Blanche juge en revanche qu'il s'agit de «manifestations pacifiques» durement réprimées.

- 4 décembre: Trois ex-présidents de l'Ukraine apportent leur «solidarité» à la contestation.

Plusieurs responsables occidentaux dont le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle se rendent auprès des manifestants sur la place de l'Indépendance, à la veille d'une réunion à Kiev de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

- 5 décembre: Les États-Unis et les Européens apportent leur soutien à l'opposition lors du sommet de l'OSCE. Le ministre allemand Westerwelle juge «inacceptables» les «menaces et pressions» exercées pour éloigner l'Ukraine de l'UE.

L'opposante emprisonnée et ex-Première ministre Ioulia Timochenko appelle à renverser «pacifiquement» le régime du président Ianoukovitch, qu'elle compare à Staline.

- 6 décembre: Le président Ianoukovitch rencontre Vladimir Poutine à Sotchi (sud de la Russie), pour discuter d'un «partenariat stratégique».

- 7 décembre: L'opposition accuse M. Ianoukovitch de «vendre» l'Ukraine à la Russie, affirmant que le président envisage de signer à la mi-décembre un accord avec Moscou sur l'adhésion de l'Ukraine à l'Union douanière d'ex-républiques soviétiques.

- 8 décembre: Plusieurs centaines de milliers d'opposants, «jusqu'à un million» selon les organisateurs, se rassemblent dans le centre de Kiev en scandant «Démission!» et réclamant le départ immédiat du président Ianoukovitch. Il s'agit de la plus forte mobilisation depuis la Révolution orange de 2004. A l'issue de la manifestation, une trentaine de manifestants masqués renversent une statue de Lénine en plein centre de Kiev.

INOLTRE SU HUFFPOST

Manifestation violente à Kiev en Ukraine le 1er décembre 2013