NOUVELLES

Les effectifs franco-africains augmentés en République centrafricaine

07/12/2013 07:55 EST | Actualisé 06/02/2014 05:12 EST

La France a déployé des soldats dans l'ouest et le nord de la République centrafricaine, samedi, au lendemain de l'annonce d'un renforcement de sa présence militaire dans son ancienne colonie, une intervention « pour des causes humanitaires », selon le président François Hollande.

À l'issue d'un sommet franco-africain réunissant une quarantaine de dirigeants africains, le président français a indiqué que la France comptait maintenant 1600 soldats sur le terrain, 400 de plus qu'annoncé précédemment, et qu'il n'y en aurait « pas davantage ».

Le colonel Gilles Jaron, un porte-parole du ministère français de la Défense, avait précisé plus tôt que des soldats quitteraient notamment la capitale, Bangui, pour une mission de reconnaissance dans le nord du pays.

L'Union africaine a pour sa part décidé d'augmenter les effectifs de sa force MISCA de 2500 à 6000 soldats.

Transition politique accélérée?

Le président français a aussi évoqué la possibilité de raccourcir la période de transition politique devant mener à des élections en 2015. « Il faut aller le plus vite possible vers les élections [...] avant 2015 », a déclaré François Hollande. « On ne peut pas laisser en place un président qui n'a pu rien faire, a laissé faire », a-t-il dit en parlant du maintien de Michel Djotodia à la tête du pays, lui qui a été porté au pouvoir par la coalition rebelle Séléka après le renversement du président François Bozizé, en mars dernier.

Le président Hollande a affirmé que la mission des soldats français et de ceux de la MISCA sera de « mettre fin aux exactions » et de « désarmer toutes les milices et groupes armés qui terrorisent les populations ». Le désarmement pourrait être compliqué dans un pays où la machette, utilisée comme arme de guerre, est aussi un outil agricole.

Les affrontements entre les miliciens chrétiens et d'anciens rebelles musulmans ont fait près de 400 morts dans le pays en trois jours, selon la Croix-Rouge.

PLUS:rc