NOUVELLES

Crise en Ukraine: l'opposition appelle à une manifestation massive dimanche

07/12/2013 10:11 EST | Actualisé 06/02/2014 05:12 EST

KIEV, Ukraine - L'opposition ukrainienne, se préparant à ce qu'elle espère être une gigantesque manifestation, dimanche, affirme qu'elle ne négociera avec le président Viktor Ianoukovitch que si ce dernier limoge le gouvernement et en nomme un nouveau s'engageant à accroître l'intégration avec l'Europe.

Près de 20 000 protestataires se sont rassemblés samedi soir Place de l'indépendance, à Kiev, sous le vent et la neige, mais les organisateurs des manifestations, qui en sont désormais à leur troisième semaine, appellent à un mouvement de masse pour dimanche.

Une foule d'environ 300 000 personnes avaient déjà participé à un événement similaire il y a une semaine.

Cette mobilisation reflète la vive colère envers la violence policière contre les manifestants survenue dans les deux jours précédents, et rien ne porte à croire que cette colère ait disparu.

La place abrite par ailleurs un grand nombre de tentes érigées par des protestataires, en plus de cuisines de fortune, et les manifestants occupent deux bâtiments avoisinants, dont l'un sert de quartier général improvisé et de centre médiatique.

Le mouvement de contestation a commencé après que le président ukrainien Viktor Ianoukovitch eut refusé de signer une entente qui aurait permis à l'Ukraine de renforcer ses liens économiques avec l'Union européenne. La Russie a exhorté l'Ukraine à se joindre à un groupe d'échanges commerciaux incluant également le Kazakhstan et la Biélorussie. Les protestataires dénoncent cette tentative pour replacer l'Ukraine sous l'emprise russe et accuse M. Ianoukovitch de vouloir vendre le pays à Moscou.

Arseni Iatseniouk, le chef de la plus importante faction de l'opposition au Parlement, a déclaré samedi à des journalistes que le président devait dissoudre le gouvernement, et qu'«ils étaient prêts à entamer le dialogue seulement si le président posait le premier geste».

Les parlementaires de l'opposition ont tenté jeudi de renverser le gouvernement à l'aide d'une motion de défiance, mais ne sont jamais passés proche d'obtenir la majorité nécessaire pour ce faire.

Le gouvernement doit être remplacé par un autre qui «cible clairement la signature d'une entente d'association et la reprise des négociations avec le Fonds monétaire international», affirme l'opposition.

Cette dernière considère une aide du FMI comme étant essentielle pour l'Ukraine afin de traverser une période économique difficile qui a poussé le président vers la Russie.

La Russie veut que l'Ukraine rejoigne une union douanière comprenant également le Belarus et le Kazakhstan qui serait un contrepoids à l'Union européenne, et fait pression sur Kiev pour jeter l'accord de Bruxelles aux orties.

L'ancien président géorgien Mikhail Saakashvili, qui a été propulsé au pouvoir lors d'importantes manifestations, en 2003, qui ont précédé la Révolution orange ukrainienne de 2004, a rencontré samedi le leader de l'opposition Viltali Klitschko et a parlé devant les protestataires, portant une écharpe aux couleurs du drapeau national.

PLUS:pc