NOUVELLES

Maria Hoefl-Riesch remporte la descente féminine de Lake Louise

06/12/2013 05:32 EST | Actualisé 05/02/2014 05:12 EST

LAKE LOUISE, Alta. - L'Allemande Maria Hoefl-Riesch a remporté la descente féminine de la Coupe du monde de ski alpin de Lake Louise, vendredi.

Hoefl-Riesch a complété le parcours en 1 minute et 56,03 secondes.

«Depuis la première fois que j'ai participé à l'épreuve ici à l'âge de 18 ou 19 ans, j'ai toujours bien skié et j'ai aussi obtenu des victoires et quelques podiums», a commenté Hoefl-Riesch.

«Les deux dernières années ont été un peu plus difficiles, parce que j'ai remporté deux courses et terminé deuxième une fois pendant la saison précédente. L'année dernière et celle d'avant n'ont pas été parfaites, mais on dirait que tout s'est replacé depuis ce temps. C'est fantastique que j'aie pu connaître une aussi bonne performance et que je puisse de nouveau grimper sur le podium ici.»

La Suissesse Marianne Kaufmann-Abderhalden a accusé un déficit de sept dixièmes de seconde sur la gagnante, et l'Italienne Elena Fanchini a obtenu le bronze en 1:57,23.

La Canadienne Larissa Yurkiw, d'Owen Sound, en Ontario, a initialement pris le huitième rang. Elle a toutefois grimpé d'un échelon après que Tina Weirather, du Liechtenstein, ait été disqualifiée. Weirather avait terminé cinquième.

Ce résultat fut un véritable triomphe pour Yurkiw, qui a été retranchée par l'équipe nationale canadienne de ski la saison dernière. La skieuse de 25 ans a effectué une levée de fonds qui lui a permis d'amasser 150 000 $ pour ses camps d'entraînement estivaux en Europe ainsi que le salaire de son entraîneur et les frais liés à ses activités.

Elle n'a pu participer aux Jeux olympiques de 2010 en raison d'une blessure catastrophique à un genou subie quelques semaines avant la cérémonie d'ouverture. Yurkiw a besoin d'un top-12 pour répondre aux critères de sélection de Canada Alpin pour l'équipe olympique canadienne.

«C'est un rêve devenu réalité aujourd'hui, a lancé Yurkiw. J'avais le numéro sept en tête depuis le début de la journée, pour une raison ou pour une autre. Quand je me suis retrouvée en huitième place, j'ai oublié ça, puis quelqu'un m'a dit que j'avais grimpé d'une place.

«Dans le remonte-pente, je me suis dit que la pression était très forte, mais finalement je peux dire que j'ai fait du bon boulot pour demeurer concentrée sur les choses qui sont importantes et celles qui me permettent d'avoir de la vitesse. Je suis très fière de cet aspect en particulier.

«J'ai toujours admiré les athlètes qui performent sous pression et je suis très heureuse de voir que je fais désormais partie de ce groupe.»

La skieuse étoile américaine Lindsey Vonn a abouti au 40e échelon, à sa première course depuis qu'elle a été victime d'une chute qui a gravement endommagé un de ses genoux aux Championnats du monde de ski alpin en février.

«J'étais de toute évidence très nerveuse à ma première course en 10 mois, a confié Vonn. J'étais très optimiste de pouvoir m'élancer sur le parcours et d'obtenir la victoire dès le départ. Mais c'était une pensée magique, sauf que je suis aussi bien de penser ainsi.

«J'étais simplement trop nerveuse. J'étais très crispée et j'ai skié de cette façon. Je n'étais pas suffisamment penchée et je n'ai pas poussé assez pour être dans la bonne ligne de course. Je me suis contentée de skier. Ce n'est pas mon style, ni la façon que j'attaque habituellement un parcours.

«Je crois que demain (samedi) ce sera une toute autre histoire. Je serai plus détendue et, avec un peu de chance, plus confiante, ce qui me permettra d'être plus agressive et plus fidèle à mon style.»

L'épreuve a été présentée sous un ciel ensoleillé, mais le vent glacial qui a accompagné le froid mordant a fait chuter le mercure à moins-31 degrés Celsius.

Une deuxième épreuve de descente devrait être présentée samedi, suivie d'un super-G dimanche.

PLUS:pc