NOUVELLES

Les soeurs chrétiennes enlevées en Syrie apparaissent dans une vidéo

06/12/2013 02:50 EST | Actualisé 05/02/2014 05:12 EST

BEYROUTH - Les religieuses syriennes qui auraient été enlevées par des rebelles dans le couvent d'un village chrétien près de Damas sont apparues dans une vidéo diffusée par Al-Jazira, vendredi, niant avoir été enlevées et affirmant qu'elles se trouvent dans un endroit sûr, loin des combats.

Les soeurs semblent en bonne santé dans la vidéo diffusée par la chaîne panarabe. Elles sont assises sur des fauteuils dans une maison située dans un endroit non précisé et parlent à tour de rôle.

L'une d'entre elles affirme qu'elles sont bien traitées et qu'elles sont «très heureuses».

La vidéo paraît authentique, mais il n'a pas été possible de le vérifier de façon indépendante ni de savoir si les soeurs parlent sous la contrainte.

L'enlèvement allégué des religieuses a accru les inquiétudes quant au traitement des chrétiens par les extrémistes dans les rangs des rebelles, alors que les affrontements touchent présentement une série de vieux villages chrétiens au nord de Damas.

Un groupe de l'opposition, l'Observatoire syrien des droits de l'homme, ainsi que des responsables religieux, ont affirmé que les religieuses orthodoxes et trois civils avaient été enlevés par des rebelles dans le couvent Mar Takla de Maaloula, après la prise du village par les rebelles. Ils seraient détenus dans la ville voisine de Yabroud, contrôlée par les rebelles qui veulent renverser le régime du président Bachar el-Assad.

Dans la vidéo, les 13 religieuses parlent à tour de rôle. Elles affirment qu'elles se trouvent dans une «villa» et qu'elles ont été évacuées de Maaloula pour leur propre sécurité après d'intenses combats à l'arme lourde dans la localité. Une autre déclare qu'elles seront libérées dans les prochains jours, quand les combats auront cessé.

Ailleurs en Syrie, vendredi, un kamikaze au volant d'un véhicule piégé a attaqué un édifice géré par les forces paramilitaires dans la ville majoritairement kurde de Qamishli, dans le nord-est du pays. Selon l'agence de presse officielle SANA, l'attentat à fait six morts et 30 blessés, mais l'Observatoire syrien des droits de l'homme avance un bilan de cinq morts et 10 blessés, sans pouvoir dire si les victimes étaient des civils ou des membres de la force paramilitaire

Dans la province d'Alep, dans le nord du pays, des hélicoptères de l'armée gouvernementale ont frappé le village de Bazzagha, tuant au moins six personnes, dont deux femmes et trois enfants, d'après l'Observatoire.

Le Centre des médias d'Alep affirme pour sa part que l'attaque a fait 12 morts, dont deux jeunes enfants.

PLUS:pc