NOUVELLES

L'ambassadeur Gary Doer critique les crises budgétaire aux États-Unis

06/12/2013 09:11 EST | Actualisé 05/02/2014 05:12 EST

WINNIPEG - L'ambassadeur du Canada aux États-Unis a critiqué les politiques américaines vendredi, affirmant que le pays avait passé les quatre dernières années à basculer d'une crise budgétaire à l'autre et dénonçant l'influence de l'argent sur les politiciens.

Lors d'un rassemblement dans sa ville natale de Winnipeg, Gary Doer a déclaré qu'il y avait eu cinq crises budgétaires depuis qu'il est arrivé à son poste à Washington en 2009, et qu'une sixième se profilait à l'horizon.

«Basculer d'une crise à une autre», a dit M. Doer devant environ 300 participants du Canadian Club de Winnipeg. «Savez-vous qu'en quatre ans, il n'y a eu aucun budget adopté au Capitole à Washington? Il y en a un du président. Il y en a un du Sénat. Il y en a un de la Chambre des représentants et ces budgets ne se rejoignent jamais.»

M. Doer a souligné que dans les démocraties parlementaires comme le Canada, un vote de défiance sur une question budgétaire entraîne la chute du gouvernement. Un parti qui vote contre le budget doit avoir préparé une solution de rechange parce qu'il est presque certain qu'il y aura une campagne électorale, a dit M. Doer.

Ce n'est pas le cas aux États-Unis.

«Aux États-Unis, si vous votez contre le budget et que vous vous y opposez, cela n'a pas d'importance», a dit l'ambassadeur à la foule. «Il est très curieux d'avoir un système où il y a des discours et des votes, mais où cela ne porte pas à conséquence.»

Mais même si la menace d'une nouvelle crise budgétaire est presque toujours présente chez nos voisins du sud, le pays a réussi à réduire son déficit et l'économie continue à reprendre de la vigueur, a dit M. Doer.

L'ambassadeur du Canada a aussi souligné l'influence de l'argent dans la politique américaine. Quelque 435 membres du Congrès doivent se faire réélire tous les deux ans, et chaque jour avant d'arriver au bureau, ils font des dizaines d'appels pour collecter des fonds afin de financer leurs ambitions politiques, a-t-il affirmé.

Il en coûte un milliard $ US pour faire campagne à la présidence des États-Unis, a ajouté M. Doer.

«L'influence que l'argent a dans ce système est plutôt incroyable.»

PLUS:pc