NOUVELLES
06/12/2013 08:53 EST | Actualisé 05/02/2014 05:12 EST

Mandela sera inhumé le 15 décembre, cérémonie officielle le 10 à Soweto (VIDÉO)

JOHANNESBURG - L'Afrique du Sud s'attend à recevoir les chefs d'Etat du monde entier la semaine prochaine à Johannesburg et Pretoria, pour une série d'hommages à Nelson Mandela, qui sera inhumé dans son village de Qunu (sud) le dimanche 15 décembre.

"Nous devons travailler tous ensemble pour organiser les funérailles les plus dignes pour ce fils exceptionnel de notre pays, et le père de notre jeune nation", a souligné vendredi le président Jacob Zuma.

"Nous allons offrir des funérailles nationales à l'ancien président Nelson Mandela, et il sera inhumé le 15 décembre à Qunu, dans la province du Cap oriental", a-t-il ajouté, sans préciser si cet enterrement se déroulera comme envisagé auparavant dans l'intimité ou si les dignitaires internationaux seront invités.

Les responsables gouvernementaux contactés par l'AFP étaient incapables vendredi après-midi de préciser ce point.

Nelson Mandela avait fait part à plusieurs reprises de son désir de reposer à Qunu, le village de son enfance, aux côtés de ses parents et de trois de ses enfants.

Les funérailles d'Etat seront organisées à trois, gouvernement, ANC (le parti au pouvoir dont Mandela fut le plus illustre militant) et Eglise méthodiste (à laquelle appartient la famille Mandela).

Jacob Zuma a déclaré toute la semaine prochaine "semaine nationale de deuil", celle-ci commençant dimanche 8 décembre par un "jour national de prières et de réflexions".

Toutes les communautés religieuses ont été appelées à organiser des prières "sur des bases oecuméniques et interreligieuses" et à faire des dons à des oeuvres, a indiqué Vuyisile Mehana, le chapelain de l'ANC.

Une cérémonie officielle aura lieu le 10 décembre dans le stade Soccer City (ou FNB Stadium) de Soweto, près de Johannesburg. C'est là qu'un Mandela, déjà très affaibli, avait fait sa dernière apparition lors de la finale de la Coupe du monde de football de 2010.

La dépouille de M. Mandela sera ensuite exposée à Union Buildings, le siège de la présidence à Pretoria, du 11 au 13 décembre, pour qu'officiels et anonymes puissent venir lui rendre un dernier hommage.

Les cérémonies s'achèveront ensuite le lundi 16 décembre, "Jour de la Réconciliation", férié en Afrique du Sud, au cours duquel une statue de l'ancien dirigeant doit être érigée devant Union Buildings.

Jacob Zuma a également adressé ses remerciements vendredi pour tous les messages de condoléances arrivés de toute l'Afrique du Sud et du reste du monde, de Chine comme du Dalaï Lama, de Téhéran comme de Washington.

Des hommes politiques, artistes et leaders spirituels venus du monde entier sont attendus, à Soccer City, à Pretoria ou à Qunu. Des chefs d'Etat anciens et actuels bien sûr, mais aussi des personnalités comme la présentatrice de talk-shows américaine Oprah Winfrey, l'ancienne first lady et secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, l'ancien capitaine de l'équipe sud-africaine de rugby --vainqueur de la Coupe du monde de 1995-- Francois Pienaar, etc.

Les hommages ont été unanimes depuis l'annonce de la mort de Nelson Mandela, peu avant minuit jeudi soir, venant de dignitaires du monde entier, et en Afrique du Sud de personnalités et d'organisations allant du Fonds mondial pour la nature (WWF) aux syndicats, et d'anciens nostalgiques du régime de l'apartheid qu'avait combattus Mandela à l'institut national pour la réinsertion des détenus, en passant par l'Institut français et toutes les fédérations sportives.

Libéré en 1990 après avoir passé vingt-sept ans dans les geôles de l'apartheid, Nelson Mandela est devenu quatre ans plus tard le premier président noir d'Afrique du Sud, et s'est imposé comme un grand réconciliateur, gagnant l'estime de ses anciens ennemis qu'il a su écouter, après des siècles de ségrégation raciale.

Le prix Nobel de la Paix 1993 était rentré chez lui le 1er septembre, après avoir passé près de trois mois à l'hôpital après une rechute de son infection pulmonaire et probablement d'autres complications. Il était dans un état critique depuis plus de cinq mois, selon les autorités sud-africaines.

La twittosphère en deuil à l'annonce de la mort de Mandela

Nelson Mandela, vie et mort

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.