NOUVELLES

Équilibre budgétaire : le DPB encore plus optimiste que Flaherty

05/12/2013 03:42 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST

Le directeur parlementaire du budget affirme que le gouvernement fédéral est encore plus près de l'équilibre budgétaire que ce que laissent croire les projections optimistes de l'administration Harper publiées le mois dernier.

Le bureau du directeur parlementaire du budget (DPB) a indiqué, jeudi, dans une nouvelle mise à jour de la situation financière du gouvernement fédéral, que le surplus en 2015 atteindra probablement 4,6 milliards de dollars, soit près de 1 milliard de plus que les estimations officielles.

Ce plus récent rapport fixe à 65 % la probabilité de voir Ottawa atteindre sa cible d'équilibre budgétaire en 2015, année au cours de laquelle doivent se tenir des élections générales.

L'organisme chargé de présenter au Parlement une analyse indépendante sur l'état des finances publiques prédit par ailleurs que le déficit du budget de l'année prochaine pourrait être « aussi » mince que 3,5 milliards de dollars, soit inférieur d'environ 2 milliards de dollars à ce qu'avait annoncé le mois dernier le ministre des Finances, Jim Flaherty.

Étant donné que M. Flaherty a prévu un coussin de 3 milliards de dollars pour les imprévus, l'analyse du DPB laisse croire qu'il serait en théorie possible pour le gouvernement d'équilibrer son budget dès le printemps prochain.

Ce chemin accéléré vers l'élimination des déficits est évoqué même si le bureau du DPB prédit une croissance économique moindre au cours des prochaines années.

En dépit du ralentissement de la croissance, le bureau du DPB croit qu'Ottawa épargnera davantage que ce qu'il laisse croire grâce au gel de deux ans des dépenses de fonctionnement des ministères, et du recours à la pratique récente de repousser certaines dépenses approuvées.

Ce gel des dépenses et ces crédits inutilisés devraient se traduire par des économies cumulatives de 7,2 milliards pendant la période critique 2015-2016, soit plus du double de ce qu'avait projeté le gouvernement, indique le rapport du DPB.

En plus, le gouvernement pourra recueillir environ 4,2 milliards en 2015 et 2016 en maintenant les cotisations à l'assurance-emploi plus élevées que ce qu'il faudrait pour financer le régime.

Mais l'organisme de surveillance prévient aussi que bon nombre de risques pèsent sur les perspectives économiques, notamment une croissance en deçà des attentes ou des économies du gouvernement qui ne se concrétiseraient pas.

La Presse Canadienne

PLUS:rc