NOUVELLES

Nelson Mandela est mort

05/12/2013 04:54 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST

L'un des personnages les plus importants du 20e siècle n'est plus. L'ex-président sud-africain et symbole de la lutte contre la ségrégation raciale, Nelson Mandela, est décédé à l'âge de 95 ans. Le président de l'Afrique du Sud, Jacob Zuma, a annoncé la nouvelle jeudi soir, en direct à la télévision.

« Nos prières et nos pensées vont à la famille et aux amis de Mandela. Nous avons une dette envers eux. Ils ont sacrifié beaucoup pour que notre peuple soit libéré », a déclaré le président Zuma, ajoutant dans un deuxième temps que ses pensées allaient aussi « à tous ceux, de par le monde, qui ont embrassé Madiba comme s'il était l'un des leurs ».

Le héros de la lutte antiapartheïd aura des funérailles d'État, mais on ne sait pas encore quand elles auront lieu.

Nelson Mandela combattait depuis des années des infections pulmonaires chroniques qui seraient liées à une tuberculose contractée pendant ses 27 années passées en prison. Cet été, il avait été hospitalisé dans un hôpital de Pretoria. Il est décédé jeudi chez lui.

« C'est un moment de très grande tristesse. Mais ce doit aussi être un moment de grande détermination, a déclaré le président sud-africain. Engageons-nous à nous battre, ensemble, pour bâtir une Afrique non raciste, non sexiste, démocratique et prospère. »

Premier président noir de l'Afrique du Sud et Prix Nobel de la paix, Nelson Mandela a œuvré toute sa vie pour la libération et l'émancipation des Noirs sud-africains.

Au début des années 1960, après avoir lutté pacifiquement contre l'apartheid, Nelson Mandela et son mouvement décident qu'il est temps d'abandonner les méthodes pacifiques pour se lancer dans la lutte ouverte et armée contre les politiques discriminatoires.

Condamné à la prison à vie en 1964, Nelson Mandela passe plus de 27 années derrière les barreaux, avant d'être libéré en 1990.

Pour participer à notre couverture en direct sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Il soutient alors la réconciliation avec le gouvernement du président Frederik de Klerk, avec qui il partage le prix Nobel de la paix, en 1993.

En 1994, Nelson Mandela devient le premier président noir de l'Afrique du Sud. Cinq ans plus tard, il se retire de la vie politique avant de s'engager dans la lutte contre le VIH/sida, qui a d'ailleurs emporté son fils Makgatho en 2005 et qui tue des dizaines de milliers de Sud-Africains chaque année.

« Nous ne devons jamais oublier notre terrible passé, dont la mémoire ne doit pas nous enchaîner douloureusement, mais plutôt souligner avec joie le chemin que nous avons parcouru et tout ce que nous avons accompli. » - Nelson Mandela, 2004

Des messages de paix et de liberté en héritage

Les témoignages de sympathie n'ont pas tardé à l'étranger. De nombreux chefs d'État ont pris la parole jeudi soir pour souligner la mémoire de cette figure emblématique du XXe siècle. Au Canada, le premier ministre Stephen Harper s'est empressé de déclarer que « tout le Canada pleure Nelson Mandela ».

En novembre 2009, l'Assemblée générale des Nations unies a déclaré le 18 juillet « Journée internationale Nelson Mandela » en l'honneur de la contribution que l'ex-président sud-africain a apportée à la culture de la paix et de la liberté.

Cette année, à l'occasion du 95e anniversaire de l'ancien président d'Afrique du Sud et afin de commémorer la journée internationale qui lui est consacrée, l'ONU s'est jointe à la Fondation Nelson Mandela pour inviter les citoyens de partout dans le monde à consacrer 67 minutes à aider les autres, un symbole qui rappelle que « pendant 67 ans, Nelson Mandela a mis sa vie au service de l'humanité, en tant qu'avocat spécialiste des droits de l'homme, prisonnier de conscience, architecte international de la paix et premier président démocratiquement élu d'une Afrique du Sud libre », souligne l'ONU.

Consultez notre dossier sur Nelson Mandela

PLUS:rc