NOUVELLES

Le monde pleure un grand homme

05/12/2013 05:40 EST | Actualisé 04/02/2014 05:12 EST

Les réactions n'ont pas tardé à fuser, aux quatre coins de la planète, à la suite de l'annonce de la mort de Nelson Mandela.

« Je ne peux imaginer ma propre vie sans l'exemple de Nelson Mandela », a déclaré le président américain Barack Obama, lors d'un point de presse à la Maison-Blanche.

« Avec la mort de Mandela, le monde a perdu l'un des êtres humains les plus influents, les plus courageux et les plus sincèrement bons », a ajouté le président.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué en Mandela « une source d'inspiration » pour le monde.

Le premier ministre britannique, David Cameron, a déclaré pour sa part qu'« une grande lumière s'est éteinte dans le monde », ajoutant que le drapeau britannique allait être mis en berne devant son bureau à Downing Street.

Le président français, François Hollande, a rendu hommage à « un résistant exceptionnel et un conquérant magnifique. » « Le message de Nelson Mandela ne disparaîtra pas, il continuera d'inspirer les combattants de la liberté et de donner confiance aux peuples dans la défense des causes justes et des droits universels. »

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a déploré le décès de l'ancien président sud-africain dont « l'exemple guidera ceux qui luttent pour la justice sociale et la paix dans le monde. »

La chancelière allemande Angela Merkel a salué la mémoire de Nelson Mandela,  « son nom sera pour toujours associé au combat contre l'oppression de son peuple et à la victoire sur le régime d'apartheid. »

Le président palestinien Mahmoud Abbas a salué Nelson Mandela comme « un symbole de la libération du colonialisme et de l'occupation pour tous les peuples aspirant à la liberté », ajoutant qu'il était le « plus important des hommes qui nous ont soutenus. »

Le dernier président blanc sud-africain, Frederik de Klerk, qui a reçu avec Nelson Mandela le prix Nobel de la paix en 1993, a eu ces mots au réseau CNN. « Je le respectais et je l'ai toujours apprécié en tant qu'homme. C'était une personne magnanime, une personne pleine de compassion », a-t-il dit en ajoutant. « ll était plus grand que je ne l'avais imaginé, une sorte de grande tige. Il regardait les gens dans les yeux, d'une manière très directe, il savait très bien écouter, et on voyait très facilement qu'il avait une approche analytique de la discussion, ce que j'appréciais beaucoup. J'ai vraiment été très impressionné lors de cette première rencontre. »

Frederik de Klerk avait ordonné la libération de Mandela et négocié avec lui la fin du régime de l'apartheid.

Consultez notre dossier sur Nelson Mandela

PLUS:rc