NOUVELLES

Zone de défense aérienne: la Chine et les États-Unis ne font pas de concessions

04/12/2013 10:19 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST

PÉKIN, Chine - Le président chinois, Xi Jinping, et le vice-président des États-Unis, Joe Biden, sont restés bien campés sur leurs positions respectives lors d'une longue discussion musclée, mercredi, à propos de la nouvelle zone de défense aérienne que la Chine a établie au-dessus d'îles disputées.

La situation, qui ne fait aucun progrès, soulève l'inquiétude en Asie et ailleurs.

Bien que M. Biden ait clairement fait état des profondes inquiétudes des États-Unis et d'autres pays durant la discussion de cinq heures et demie, M. Xi a continué, lui aussi, à défendre ses nouvelles règles concernant une bande d'espace aérien de près de 1000 kilomètres située au-dessus d'un archipel dans la mer de Chine orientale.

Washington craint que l'obligation pour les pilotes étrangers entrant dans cette zone de fournir leur plan de vol à Pékin ne mène à un accident ou à une confrontation qui pourrait devenir hors de contrôle.

Même si Joe Biden n'a pas publiquement exprimé sa déception, sa visite en Chine n'a pas apporté les résultats escomptés.

D'un naturel optimiste, le vice-président a semblé modéré alors qu'il réfléchissait à la complexité des relations entre la Chine et les États-Unis, deux puissances mondiales qui cherchent à tisser des liens plus serrés malgré les différences idéologiques qu'ils n'ont, jusqu'à présent, pas été en mesure de surmonter.

Xi Jinping est, pour sa part, resté très neutre devant les médias, vantant les avantages de la collaboration entre les deux pays.

Selon des sources près de M. Biden qui ont requis l'anonymat, le président chinois a présenté, durant la réunion à huis clos, ses arguments concernant la légitimité de cette zone de défense aérienne. Il a ensuite écouté Joe Biden exposer son point de vue, mais il n'a pas été possible de savoir si le discours du vice-président américain avait eu un impact quelconque sur M. Xi.

PLUS:pc