NOUVELLES

Silos à l'anse au Foulon : Québec maintient la pression sur Arrimage Québec

04/12/2013 12:32 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST
Radio-Canada

Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, intensifie la pression sur Arrimage Québec à la suite de l'avis de non-conformité pour contester la construction de silos à l'anse au Foulon.

L'avis en question, envoyé le 25 novembre dernier, stipule que l'entreprise a agi « sans avoir obtenu préalablement le certificat d'autorisation » du gouvernement du Québec.

« Le compteur tourne à partir du moment où un avis de non-conformité est envoyé à l'entreprise », a rappelé Yves-François Blanchet. L'entreprise s'expose à des sanctions qui peuvent atteindre 10 000 $ en vertu de l'avis de non-conformité reçu.

Le ministre de l'Environnement s'attendait à ce que l'entreprise évoque la juridiction fédérale du terrain où sera construit le futur terminal de granules de bois dans le port de Québec pour contester l'avis du gouvernement québécois.

« On peut supposer qu'ils vont faire semblant que l'on n'a pas juridiction le plus longtemps possible jusqu'à ce que la cause se retrouve devant les tribunaux », a dit le ministre Blanchet.

Le gouvernement du Québec n'a pas l'intention de laisser Arrimage Québec faire fi des lois québécoises en matière d'environnement.

Le ministre Yves-François Blanchet, n'exclut pas la possibilité de demander à Arrimage Québec de démolir les silos. Cependant, il entend discuter avec la compagnie. « Dans tous les dossiers, il y a toujours une espèce de discussion qui s'établit [...] évidemment si on en arrive à la conclusion que la structure n'est pas censée être là, tous les scénarios sont possibles », a-t-il affirmé.

La ministre responsable de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, souligne de son côté qu'Arrimage Québec doit se comporter comme un citoyen responsable et respecter les lois québécoises. « Ce n'est pas parce que tu te dis "territoire fédéral" que tu peux faire n'importe quoi. Il peut y avoir des impacts sur la santé, sur le paysage, toutes sortes d'impacts », a dit Mme Maltais.

Dans son avis de non-conformité, le ministère de l'Environnement stipule que le projet de terminal à l'anse au Foulon est susceptible de dégager des contaminants dans la nature.

INOLTRE SU HUFFPOST

10 choses que vous ne savez pas sur Québec