POLITIQUE

Québec surestime la taille de la zone agricole

04/12/2013 09:23 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST
Radio-Canada

Exclusif - Le territoire agricole de la grande région de Montréal est beaucoup plus mince que ne le laissent entendre les données officielles. Une étude menée à l'Université de Montréal, dont Radio-Canada publie les premiers résultats, démontre que les terres agricoles forment 40 % de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), plutôt que les 58 % mis de l'avant par l'État.

Un reportage de Thomas Gerbet

Dernier endroit où l'on penserait cultiver des pommes de terre, les autoroutes sont pourtant souvent incluses dans le calcul des surfaces agricoles. C'est pour corriger cet écart entre les chiffres officiels et la réalité qu'est intervenu le professeur de géographie Claude Marois, spécialiste des conséquences de l'étalement urbain.

Pour obtenir la surface de terres agricoles réellement disponible pour les producteurs, il s'est lancé dans une analyse minutieuse à partir de cartes satellites, ce qui lui a permis de soustraire tous les usages de la zone agricole qui ne sont pas, justement, « agricoles » : les autoroutes, les routes, les voies ferrées, les réseaux hydrographiques, les parcs, les infrastructures de transport de l'électricité...

Résultat : 18 % de la zone agricole de la CMM est occupée par autre chose, soit 64 000 hectares. C'est plus d'une fois la superficie de l'île de Montréal. La Ville/MRC de Mirabel, qui met de l'avant ses 88 % de zone agricole, n'en dispose en réalité que de 61 %. À Longueuil, c'est même plus de la moitié du territoire agricole qui est en fait occupé par d'autres surfaces (on passe de 34 % à 14 %).

« Ça montre encore plus l'urgence de protéger notre territoire agricole », conclut le professeur Marois. « Lorsqu'on fait des demandes de dézonage pour du développement urbain, et qu'on veut empiéter dans la zone agricole, il faudrait être conscient qu'elle n'est pas aussi abondante qu'on le prétend »

« On fait ce constat sur le terrain », indique Pierre Caza, directeur de l'aménagement du territoire et du développement régional pour l'Union des producteurs agricoles (UPA) en Montérégie. « On aimerait que les chiffres soient plus proches de la réalité ». Mais difficile de le calculer autrement, nous a expliqué une employée de la Commission de protection du territoire agricole du Québec.

La Communauté métropolitaine de Montréal s'est donné comme objectif d'augmenter les terres en culture de 6 % dans la zone agricole d'ici 2021, de façon à revenir au niveau de 2001. Pierre Caza est sceptique, car, estime-t-il, « malheureusement, souvent, les planificateurs municipaux voient le territoire agricole comme un territoire en attente de développement plutôt qu'un territoire où il se pratique une activité économique. »

Étalement urbain

Avec le développement du corridor de l'autoroute 30, sur la Rive-Sud, la pression sur le territoire agricole va s'accentuer dans les prochaines années. La MRC de Vaudreuil-Soulanges, par exemple, se développe à grande vitesse. La population est passée de 102 000 (recensement de 2001) à 139 000 habitants (recensement de 2011).

« On n'en reste plus tant que ça des zones commerciales et industrielles à développer. On nous enlève les zones humides, on nous enlève les zones d'éboulement », déplore le maire de Vaudreuil-Dorion, Guy Pilon, qui, au passage, avoue ne pas affectionner l'expression « étalement urbain ». « On est tous de l'étalement urbain par rapport à quelqu'un d'autre », dit-il.

À Vaudreuil-Dorion, où trois projets de nouveaux centres commerciaux sont en marche, il reste une zone urbanisée dont le développement n'est pas terminé. Il sera fini dans deux ou trois ans, selon le maire : « Après, on va passer dans la zone périurbaine où il y a des terres agricoles ».

Taxer les terres agricoles?

Comme de nombreux maires du Québec, Guy Pilon, réclame un changement dans les sources de revenus des villes. « On veut garder les terres agricoles, mais la seule façon qu'on a actuellement, dans le pacte fiscal, de récolter des sous, c'est avec des commerces, des maisons puis des industries ».

Il propose de miser sur une solution qui déplait à Pierre Caza, de l'UPA : miser sur la taxation des terres agricoles. Les municipalités bénéficieraient de nouveaux revenus et seraient plus encouragées à protéger le territoire agricole. Selon l'UPA, dans les cinq MRC du corridor de l'autoroute 30, les actifs agricoles sont estimés à 2,6 milliards de dollars.

INOLTRE SU HUFFPOST

Surprise! Ces aliments contiennent du gluten