NOUVELLES

L'héritage des Canadiens français revu par des élèves d'Alberta et d'Ontario 

04/12/2013 05:11 EST | Actualisé 02/02/2014 05:12 EST

Un texte de Florence Reinson

Quatre jeunes de l'Alberta et de l'Ontario s'apprêtent à faire découvrir leur héritage francophone à des milliers d'étudiants en immersion française. Dès le mois de janvier, ils parcourront l'Ouest canadien et l'Ontario avec un spectacle historique intitulé « O Canada ».

Les Filles du roi et Marie de l'Incarnation s'invitent dans les écoles d'immersion française du pays grâce au théâtre et à la musique. Pendant une semaine, quatre jeunes et leur mentor, Roger Dallaire, ont mis sur pied un spectacle pour les jeunes du secondaire qui vulgarise l'implication des francophones dans la fondation du Canada.

Durant les 45 minutes que dure le spectacle, on va de la fondation de Québec à la déportation des Acadiens et la révolte des Métis, en passant par la bataille des Plaines d'Abraham.

Afin de toucher au mieux les élèves de 12 à 15 ans des écoles d'immersion française, la pièce a été écrite par des jeunes Albertains, Léandre Bérubé et Paul Cournoyer, et Ontariens, Renée-Claude Thériault et Justine Lewis.

« Je me suis demandé si c'était quelque chose que j'aurais voulu voir au secondaire, et je me suis dit oui, ça aurait été le fun. Alors, je trouvais que c'était une belle opportunité de partager cela », raconte Paul Cournoyer.

« Ce qu'il nous manque, c'est une jeunesse qui comprenne notre histoire canadienne et si cela peut aider à y parvenir, les jeunes seront peut-être un peu plus engagés », estime le directeur général pour la Colombie-Britannique et le Yukon de l'organisme Canadian Parents for French, Glyn Lewis, qui est à l'origine du projet.

Travail d'équipe

Durant cinq jours, au centre communautaire de Saint-Vincent dans le nord de l'Alberta, ces quatre jeunes ont créé la pièce avec les lignes maîtresses que leur a données Roger Dallaire.

« C'était vraiment un travail d'équipe. Tu avais les gars qui travaillaient sur la musique, qui nous aidaient à apprendre la mélodie, et [...] Roger disait : 'Wolfe et Montcalm'. Justine et moi, on faisait la recherche là-dessus. Après, on arrivait avec des textes », explique Renée-Claude Thériault.

La semaine de création s'est terminée avec la première représentation à l'École du Sommet, à Saint-Paul.

D'ici le mois d'avril, les deux jeunes hommes et les deux jeunes femmes visiteront, chacun de leur côté, 60 écoles. Les filles se promèneront en Ontario, alors que les garçons parcourront la Colombie-Britannique, l'Alberta, la Saskatchewan et le Yukon.

D'après un reportage d'Émilie Tremblay qui sera diffusé au Téléjournal Alberta mercredi.

PLUS:rc