NOUVELLES

Les 12 religieuses enlevées en Syrie seraient dans la ville de Yabroud

04/12/2013 05:45 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST

DAMAS, Syrie - Les 12 religieuses chrétiennes enlevées par des rebelles de leur couvent en Syrie se trouveraient à Yabroud et pourraient être relâchées bientôt, selon des autorités religieuses.

Le pape François a appelé mercredi les croyants à prier pour les 12 religieuses orthodoxes grecques enlevées par des rebelles dans leur couvent en Syrie.

Des autorités religieuses de la région ont affirmé que les femmes avaient été enlevées mais un militant de l'opposition syrienne soutient qu'elles ont simplement été déplacées pour leur propre sécurité, en raison des affrontements violents à proximité. Les rebelles ne veulent toutefois pas fournir de preuves qu'elles sont en sécurité.

Stephanie Haddad, chef adjointe du couvent grec orthodoxe Saidnaya, a dit avoir parlé aux religieuses mardi soir. Selon elle, les rebelles les détiennent à Yabroud et promettent qu'elles seraient relâchées bientôt, «mais rien n'est certain».

En plus des 12 soeurs, deux évêques et un prêtre seraient possiblement aussi détenus par des rebelles intégristes, accentuant les inquiétudes selon lesquelles les extrémistes dans les rangs de l'opposition ciblent des chrétiens.

Les minorités syriennes, dont font partie les chrétiens, se sont majoritairement rangées du côté du gouvernement de Bachar el-Assad ou ont tenté de demeurer en marge du conflit civil, craignant pour leur sort si les rebelles, dominés par des intégristes islamistes, parviennent à s'emparer du pouvoir.

L'appel à prières du pape est survenu alors que des combats continuaient de faire rage dans plusieurs régions de la Syrie, notamment dans la ville nordique d'Alep, où des rebelles bombardaient d'obus de mortier des quartiers contrôlés par le gouvernement, faisant au moins 17 morts et des dizaines de blessés.

Des activistes ont aussi rapporté des affrontements dans la région de Qalamoun, au nord de Damas, un territoire qui contrôle les routes de contrebande du Liban qui permettent d'approvisionner les enclaves rebelles et est un corridor de transport important entre la capitale et la ville de Homs, dans le centre du pays.

La région, où vit une population chrétienne significative, comprend l'ancien village chrétien de Maaloula et le couvent Mar Takla. Des autorités de l'Église et des militants pro-rebelles affirment que le front al-Nosra, affilié à al-Qaïda, est responsable de l'enlèvement des soeurs, lundi.

PLUS:pc