POLITIQUE

John Baird parlera démocratie en Ukraine

04/12/2013 02:54 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST
CP

Le Canada aidera l'Ukraine à s'engager sur la voie de la démocratie en dépit de son rapprochement avec la Russie et des récentes violences, a annoncé mercredi le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, de passage à Kiev.

Le ministre promet d'envoyer deux douzaines d'observateurs électoraux pour les élections partielles en Ukraine prévues le mois prochain, un an après que le Canada eut dépêché 500 observateurs pour les élections législatives.

« Nous nous sommes engagés à travailler avec les gens de l'Ukraine dans leur développement démocratique et c'est un engagement à long terme », a assuré le ministre Baird aux journalistes dans la capitale de l'Ukraine, théâtre de violentes manifestations depuis plusieurs jours.

Le ministre veut profiter de sa visite en Ukraine pour s'adresser aux autorités et leur faire comprendre que leurs actions « ne sont pas conformes aux normes démocratiques ».

« Nos aspirations pour ce peuple sont la prospérité, la croissance économique et les valeurs de la démocratie, le droit de la personne, le droit d'avoir des manifestations sans violence », a-t-il confié à au correspondant de Radio-Canada en Russie, Jean-François Bélanger.

John Baird est en Ukraine dans le cadre de la réunion annuelle des 57 États membres de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Le Canada, comme les États-Unis, y a le statut d'État associé.

Crise en Ukraine

L'Ukraine est en crise depuis que le président, Viktor Ianoukovitch, a pris la décision vendredi dernier de ne pas signer l'accord d'association et de libre-échange qui était en négociation depuis des mois avec l'Union européenne (UE).

Les forces pro-européennes, dont fait partie l'opposition, manifestent en grand nombre depuis, ce qui a entraîné une répression violente de la part des policiers au cours des derniers jours.

Mercredi, le ministre Baird a rencontré son homologue ukrainien, le ministre Leonid Kozhara, le déconseillant de ne pas signer l'accord. M. Baird lui a demandé d'assurer que les responsables de la violence, en particulier contre les étudiants et journalistes, soient traduits en justice avec un « processus indépendant pour arbitrer » leurs crimes.

John Baird a également rencontré des représentants de la société civile et des dirigeants de l'opposition, comme l'ancien boxeur Vitali Klitschko, qui demande plus que seulement du soutien moral de la part de la communauté internationale.

Le ministre Baird estime toutefois que des sanctions internationales contre le président Ianoukovitch seraient prématurées. Les deux parties doivent s'engager dans un dialogue constructif, a exhorté le ministre.

Les Ukrainiens doivent choisir, dit Kerry

De son côté, le secrétaire d'État américain, John Kerry, a déclaré mercredi en Moldavie que les Ukrainiens devraient avoir « la possibilité de choisir [leur] avenir », après la suspension par le pouvoir de Kiev de la conclusion de l'accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne.

Dans une apparente référence à la Russie, M. Kerry a critiqué les pressions exercées de l'extérieur sur les processus de décision de certains pays.

« Nous sommes convaincus que tout pays devrait être en mesure de choisir avec qui il veut s'associer, où il veut mener ses activités économiques et de quelle manière il mène ses affaires sans ingérence extérieure, et certainement sans pressions extérieures qui ont un profond impact sur le peuple », a déclaré le secrétaire d'État américain.