NOUVELLES

John Baird continue de croire au potentiel démocratique de l'Ukraine

04/12/2013 05:04 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST

OTTAWA - Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, soutient que l'engagement du pays en faveur du développement démocratique en Ukraine ne se démentira pas, en dépit du récent rapprochement de Kiev avec la Russie et des violences qui ont éclaté dans les rues.

Le Canada va dépêcher une vingtaine d'observateurs électoraux dans cette ancienne république soviétique à l'occasion des élections complémentaires qui doivent avoir lieu le mois prochain.

L'an dernier, une délégation canadienne composée d'environ 500 observateurs avait effectué une mission sur place.

L'envoi de pareilles délégations n'est pas un phénomène strictement lié aux conservateurs. L'ancien premier ministre libéral John Turner avait dirigé en 2004 un groupe international de surveillance électorale.

M. Baird s'est adressé aux médias, mercredi, alors qu'il se trouvait à Kiev, une ville secouée par de violentes manifestations. M. Baird n'était pas de passage en Ukraine spécialement pour réagir à la crise actuelle mais plutôt pour assister à une rencontre prévue de l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe.

Le ministre a rappelé qu'il y a plus de 20 ans, le Canada avait été l'un des premiers États à reconnaître l'indépendance de l'Ukraine après sa séparation de l'ex-URSS.

«Nous sommes engagés en Ukraine parce que ce pays compte, parce que les Canadiens embrassent les valeurs des citoyens ukrainiens et que nous voulons les soutenir dans leurs aspirations», a-t-il déclaré.

La capitale ukrainienne est secouée par des troubles provoqués par l'abandon, par le président Viktor Ianoukovitch, d'un accord politique et économique majeur avec l'Union européenne.

Lors d'une rencontre à Kiev avec son homologue ukrainien, Leonid Kozhara, le ministre canadien des Affaires étrangères lui aurait fait remarquer que cette renonciation lui semblait être une mauvaise idée. John Baird affirme lui avoir dit que «cette décision représente une importante occasion ratée pour l'Ukraine de renforcer son développement démocratique et sa prospérité économique».

Le ministre soutient également avoir encouragé M. Kozhara à s'assurer que les responsables des violences — particulièrement à l'endroit des étudiants et des journalistes — seront traduits devant les tribunaux et qu'ils auront droit à des procédures indépendantes.

M. Baird est également allé à la rencontre de représentants de l'opposition et de la société civile. Il a dit qu'on lui a demandé de participer à un effort international pour imposer des sanctions au président, une requête qui, à ses yeux, semblait prématurée.

Le ministre a pressé les divers parties en présence a s'engager dans un dialogue constructif. Il préconisait ainsi la même piste de solution que le Conseil de l'Europe, un groupe de défense des droits de la personne ayant aussi rencontré les différentes parties mercredi.

PLUS:pc