NOUVELLES

Ford aurait offert 5000 $ pour une vidéo le montrant en train de fumer du crack

04/12/2013 06:47 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST

TORONTO - La police croit avoir entendu des présumés gangsters placés sous écoute électronique dire que Rob Ford leur avait offert 5000 $ et une voiture en échange d'une vidéo compromettante, selon un document récemment dévoilé.

Les policiers menaient une vaste enquête sur le trafic de drogues et d'armes au sein des gangs lorsque le nom du maire de Toronto a fait surface sur des enregistrements datant de mars et avril, soit environ deux mois avant que le Toronto Star et le site Internet américain Gawker ne rapportent pour la première fois l'existence possible d'une vidéo montrant Rob Ford fumer du crack.

Ces informations figurent dans la dernière portion d'un document déposée dans le cadre d'une affaire de drogue impliquant Alexander Lisi, un ami du maire.

D'après le document, de présumés membres de gangs auraient eu vent du fait que le téléphone mobile du maire avait été volé ou perdu alors qu'il se trouvait dans une supposée fumerie de crack et ils auraient aussi appris que Lisi tentait de récupérer l'appareil.

Selon la police, Alexander Lisi a menacé ces individus dans l'espoir de remettre la main sur le cellulaire.

Ils lui auraient rétorqué qu'ils ne toléreraient pas ses tentatives d'intimidation puisqu'ils avaient une photographie du maire avec une «pipe». Les forces de l'ordre estiment qu'ils faisaient alors référence à une pipe pour fumer du crack.

Dans une conversation datant du 27 mars, deux hommes discutent de la possibilité de vendre une vidéo et rapportent que M. Ford leur a dit: «Je vais vous donner 5000 $ et une auto.»

Mohamed Siad, un homme que la police soupçonne d'avoir tenté de vendre une vidéo dans laquelle Rob Ford fume du crack, affirme qu'il rencontrera le maire et lui demandera «150», ce qui correspond probablement, selon la police, à 150 000 $.

L'autre homme prévient alors M. Siad que ce ne serait pas sage puisqu'il se mettrait lui-même en danger, dit le document.

Aucune de ces allégations n'a été prouvée en cour.

D'après les parties de ce document déjà publiées, des anciens employés du maire se sont plaints que Rob Ford était intoxiqué au travail, buvait au volant et était lié à des présumées prostituées, ce que le principal intéressé a nié.

M. Ford a aussi nié durant cinq mois l'existence d'une vidéo dans laquelle il fume du crack, avant d'avouer aux médias qu'il avait déjà consommé cette drogue, probablement alors qu'il se trouvait dans une «stupeur éthylique».

Le mois dernier, le conseil municipal a voté pour lui retirer la plupart de ses pouvoirs, mais il continue de clamer qu'il se présentera de nouveau aux prochaines élections, en octobre 2014.

PLUS:pc