NOUVELLES

COMEX : André Boisclair gagnera le double de son prédécesseur

04/12/2013 11:54 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST

La rémunération offerte par le gouvernement du Québec au président du COMEX va pratiquement doubler avec la nomination d'André Boisclair à cette fonction.

Son prédécesseur, Pierre Mercier, recevait environ 90 000 $ par année depuis 2008 pour présider le Comité d'examen (COMEX), qui joue un rôle comparable à celui du Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE), mais dans le nord du Québec, sur le territoire régi par la Convention de la Baie-James.

M. Boisclair recevra quant à lui 172 000 $ par année pour exercer la même fonction. Son mandat durera deux ans.

Il entrera en fonction au COMEX à la mi-décembre et aura donc reçu son plein salaire d'ex-délégué général du Québec à New York pendant près de trois mois, soit plus de 40 000 $, sans avoir exercé aucune fonction.

Autres changements

Le statut du nouveau président sera lui aussi bien différent de celui de son prédécesseur : M. Mercier était contractuel et facturait ses services au tarif quotidien de 372 $, tandis que M. Boisclair est salarié, avec tous les avantages reliés à son ancien statut de délégué qu'il aura exercé durant 10 mois.

Au cours des cinq dernières années, M. Mercier a facturé au gouvernement environ 242 jours par année, soit l'équivalent d'un total de 48 semaines à 35 heures, pour une rémunération hebdomadaire approximative de 1860 $.

M. Boisclair recevra de son côté son salaire, soit quelque 3300 $ par semaine, et tous les avantages sociaux dont il bénéficiait précédemment, et ce, durant les 52 semaines de l'année.

Si la rémunération du président a pratiquement doublé et que le statut du poste a changé, le mandat du COMEX, lui, est demeuré intact, a indiqué mercredi le Secrétariat aux emplois supérieurs du Conseil exécutif.

Par ailleurs, M. Boisclair sera en poste à Montréal, alors que le secrétariat du COMEX est situé à Québec. Mais l'organisme a aussi un bureau à Montréal. Pierre Mercier, un ancien député libéral de Bellechasse, avait été nommé président du COMEX en 2008, alors qu'il était déjà retraité à 71 ans. Il n'aura droit à aucune compensation financière parce que le gouvernement a mis fin à son contrat, a-t-on indiqué au Conseil exécutif.

De New York à Montréal

M. Boisclair avait demandé en septembre d'être relevé de ses fonctions de délégué général du Québec à New York pour régler devant les tribunaux le différend qui l'oppose à la Coalition avenir Québec (CAQ).

L'ex-chef péquiste a déposé en novembre une poursuite en diffamation de 200 000 $ pour atteinte à sa réputation contre le député caquiste Jacques Duchesneau, son chef François Legault et la CAQ. Il leur reproche d'avoir relié sa consommation passée de cocaïne à une promesse de subvention de 2,5 millions de dollars pour la rénovation de l'église Saint-James, à Montréal, un projet piloté par un de ses amis, Paul Sauvé.

Le fait que M. Boisclair soit par ailleurs un ancien lobbyiste pour une entreprise active dans le gaz de schiste, Questerre, lui enlève la crédibilité requise, selon le député Amir Khadir, de Québec solidaire, qui y voit une forme de conflit d'intérêts.

Car à ses yeux, cette nomination signifie que le gouvernement choisit, pour diriger une commission d'évaluation environnementale dans le Grand Nord, « un ancien promoteur des gaz de schiste et du pétrole du milieu des affaires, particulièrement le lobby pétrolier et gazier », a-t-il commenté en point de presse.

Il estime de plus que le fait que M. Boisclair ait été ministre de l'Environnement de 2000 à 2003 ne rend pas sa nomination plus acceptable. « Il est parmi les pires ministres de l'Environnement que le Québec ait connus », selon lui.

PLUS:rc