NOUVELLES

BIXI Toronto est sauvé

04/12/2013 02:05 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST
Radio-Canada

Toronto a conclu une entente de 5 millions de dollars avec son fournisseur de mobilier urbain Astral pour permettre la poursuite des activités du programme de location de vélos en libre-service BIXI.

Le président du comité municipal des Travaux publics en a fait l'annonce mercredi.

« Plutôt que de laisser mourir BIXI, on a cherché une solution novatrice. » -- Denzil Minnan-Wong, conseiller municipal et président du comité des Travaux publics

L'organisme Cycle Toronto a applaudi à la décision.

Le maire Rob Ford, lui, a affirmé dans le passé que la Ville devrait simplement abandonner le service.

Le programme doit être rebaptisé.

Des hausses de tarifs sont aussi envisagées. La Ville compte aussi attirer des commanditaires.

Le service lancé en 2011 par une compagnie montréalaise n'arrivait pas à joindre les deux bouts, particulièrement en raison du faible achalandage durant les mois d'hiver. Le conseil municipal de Toronto avait donné le feu vert, le mois dernier, à un plan de sauvetage confidentiel.

Le nombre de stations de location de vélos doit passer de 80 à 104 en 2014. BIXI affirmait que le programme, qui est disponible seulement au coeur du centre-ville à l'heure actuelle, devait croître pour être rentable. Le service ne compte que 4400 abonnés pour l'instant.

Vélo vs toilettes

Selon les détails dévoilés mercredi, la Ville prendra BIXI sous son aile en injectant 5 millions de dollars dans le programme, qui sera géré désormais par l'administration municipale du stationnement. Toronto se cherche maintenant un partenaire privé pour l'entretien du réseau.

Le financement municipal vient en fait de l'annulation du projet de construction de 11 toilettes publiques autonettoyantes, comme celles que l'on trouve à Paris, par exemple.

La compagnie Astral, qui devait fournir ces toilettes dans le cadre d'un contrat de mobilier urbain avec la Ville, remettra plutôt un chèque de 5 millions à la Municipalité.

Toronto avait fourni une garantie de prêt de 4,5 millions à la Société de vélo en libre-service pour le lancement du service en 2011. Or, la compagnie montréalaise a remboursé seulement environ 12 % du prêt depuis.

INOLTRE SU HUFFPOST

En vélo à travers le monde