NOUVELLES

Prochain budget à Québec : des commerçants déjà inquiets

03/12/2013 02:09 EST | Actualisé 01/02/2014 05:12 EST

Plusieurs commerçants de Québec ont déjà des appréhensions concernant le budget de la Ville pour l'année 2014, qui sera présenté le 16 décembre, et dans lequel ils prendront connaissance de la prochaine hausse de taxes.

Régis Labeaume s'est engagé à ce que la hausse des taxes foncières soit équivalente à l'inflation, comme par les années passées. Les prévisions du taux d'inflation pour 2014 oscillent entre 1 % et 1,7 %.

Or, des commerçants manifestent une certaine crainte à l'approche de la présentation du budget, d'autant plus que certains d'entre eux ont été surtaxés l'an dernier. En effet, plusieurs commerçants s'étaient plaints après avoir vu leur compte de taxe exploser.

Dans certains cas, des propriétaires étaient aux prises avec une hausse de plus de 30 %.

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie du Québec, Alain Kirouac, rappelle à la Ville que plusieurs entreprises ne veulent pas revivre le scénario de l'an dernier.

« Les comptes de taxe ont fait mal. On voit effectivement que ça devient de plus en plus lourd. Nos entreprises ont de la misère de plus en plus à prendre ce poids-là sur leurs épaules [...] Alors, donc, les gens se disent "C'est assez" », lance-t-il.

Un traitement équitable, réclament les entreprises

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec fait remarquer que les propriétaires de commerce sont toujours taxés 1 % de plus que l'inflation.

Alain Kirouac dénonce aussi le fait que la Ville taxe davantage les propriétaires d'entreprises que les propriétaires de résidences et cela, année après année.

Il demande à la Ville de Québec d'être plus juste cette année. « On s'attend à un traitement équitable, c'est-à-dire que s'il y a une augmentation à l'inflation, on ne souhaite pas avoir un taux de taxation plus élevé que le secteur résidentiel », dit Alain Kirouac.

Pierre Dolbec, président de la Corporation des parcs industriels de Québec, partage les propos d'Alain Kirouac.

« Ça commence à être dur au niveau des taxes. Nos entreprises commencent à être étouffées pas mal là. Il faudrait peut-être qu'on commence à penser à des systèmes différents qui donneraient de l'air un peu à tout le monde », dit-il.

De son côté, Michelle Doré, présidente de l'Association hôtelière de Québec, fait savoir que ses membres préparent déjà une réplique si jamais la hausse des taxes est jugée trop élevée.

PLUS:rc