NOUVELLES

L'impasse politique persiste au Népal après les élections générales

03/12/2013 10:24 EST | Actualisé 02/02/2014 05:12 EST

KATMANDOU, Népal - Les élections générales du mois dernier n'ont pas permis de résoudre l'impasse politique au Népal.

Les résultats finaux dévoilés mardi démontrent que la plus vieille formation politique du pays, le Congrès népalais, a remporté 196 sièges, soit nettement moins que la majorité absolue au sein de l'Assemblée constituante de 601 membres.

Le pays himalayen est sans Constitution depuis cinq ans et la paralysie parlementaire l'empêche de s'attaquer à des problèmes criants comme la pauvreté, la pénurie de carburant et la corruption.

Le Parti communiste du Népal (Marxistes-Léninistes Unis) a obtenu 175 sièges, contre 80 pour le Parti communiste uni du Népal (Maoistes).

Une collaboration entre les deux plus grandes formations politiques est improbable puisque chacune réclame le droit de diriger le gouvernement.

L'appui des Maoistes, qui avaient remporté le plus de voix lors du dernier scrutin, sera essentiel à la formation d'un nouveau gouvernement de coalition.

Ils ont toutefois indiqué qu'ils ne collaboreront pas avec qui que ce soit tant que n'aura pas été tenue une enquête indépendante sur des allégations de fraude électorale. Des observateurs étrangers affirment que le vote a été libre et juste.

PLUS:pc