NOUVELLES

Le directeur général du CHUM est relevé de ses fonctions, avec salaire

03/12/2013 01:21 EST | Actualisé 02/02/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Le conseil d'administration du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) a décidé de relever de ses fonctions son directeur général, Christian Paire, à la suite d'un rapport accablant du vérificateur général.

Le conseil a indiqué mardi, par voie de communiqué, que M. Paire est relevé avec salaire, selon la rémunération autorisée par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Il ajoute que le CHUM a transmis au ministre, Réjean Hébert, son plan d'action répondant à chacune des 12 recommandations formulées par le vérificateur général sur la gestion administrative et la gouvernance de l'institution.

En point de presse à Québec, mardi matin, le ministre Hébert a estimé que la responsabilité des problèmes de gouvernance n'incombait pas seulement à M. Paire, laissant entrevoir un ménage plus important au sein du CHUM. Il a indiqué que ces problèmes relevaient aussi du comité de direction, de l'entourage de M. Paire et du conseil d'administration, qui doit, selon lui, «s'assurer d'avoir toutes les informations requises pour prendre ces décisions», et qui doit s'assurer de jouer son rôle de surveillance.

Le ministre Hébert a confirmé avoir reçu le rapport du conseil d'administration lundi soir, et a indiqué qu'il l'analysera afin de pouvoir prendre des décisions éclairées sur la gouvernance du CHUM.

En soirée, M. Paire a publié un communiqué de presse indiquant qu'il avait l'intention «d'utiliser toutes les options à (sa) disposition pour défendre (sa) réputation, (sa) gestion et (son) emploi». Il a ajouté qu'il était disponible pour rencontrer le conseil d'administration.

M. Paire est remplacé, sur une base temporaire, par Yvan Gendron, qui occupait le poste de directeur général associé depuis le début de 2012, a indiqué le CHUM. Le ministre Hébert a affirmé qu'il n'y aurait pas de nouveau directeur général désigné avant la fin de l'année.

Le vérificateur général du Québec, Michel Samson, révélait notamment la semaine dernière que le directeur général Paire avait perçu un salaire non conforme dépassant de 70 000 $ le seuil fixé par le Conseil du trésor au cours des trois dernières années. M. Paire a ainsi bénéficié, de 2010 à 2013, de primes au rendement auxquelles il n'avait pas droit, a observé le vérificateur.

M. Hébert a souligné que le vérificateur avait fait des «observations extrêmement sérieuses», évoquant l'octroi de contrats de gré à gré qui contreviennent aux règles et des problèmes de transparence du comité de direction par rapport au conseil d'administration.

«Les problèmes de gouvernance au niveau du conseil d'administration ont été confirmés par les deux 'accompagnateurs' (de l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal) qui sont au CHUM depuis quelques mois. J'avais demandé au conseil de statuer sur la haute direction et également de se prononcer sur un plan d'action pour redresser la situation», a affirmé le ministre.

M. Hébert disait la semaine dernière laisser au conseil d'administration du CHUM le soin de décider si M. Paire pouvait demeurer à la tête de l'hôpital.

«Je n'ai pas à recommander, c'est le conseil d'administration qui doit faire ça et, voyant la décision du conseil d'administration, je prendrai, moi, ma responsabilité», avait-il dit en point de presse, en évoquant la possibilité de mettre une administration provisoire en place.

PLUS:pc