POLITIQUE
02/12/2013 10:40 EST | Actualisé 02/02/2014 05:12 EST

Des juifs et des chrétiens de Côte-Saint-Luc se révoltent contre la Charte (VIDÉO)

Une manifestation pacifique pour la liberté religieuse a rassemblé plusieurs centaines d'habitants juifs et chrétiens, lundi soir, devant la mairie de Côte-Saint-Luc.

Les discours ont débuté à 18h sous la neige. « Nous souhaitons affirmer notre identité juive, non seulement au sein de la synagogue, mais aussi à l'extérieur, aux yeux du gouvernement », a lancé le maire de Côte-Saint-Luc, Anthony Housefather, lui-même de confession juive.

Le prêtre Peter Laviolette a ensuite tenu une prière afin de rappeler que les chrétiens de Montréal étaient solidaires. Un grand sapin de Noël ainsi qu'une Menorah (chandelier juif) encerclaient l'estrade pour symboliser l'harmonie religieuse.

Le maire de Montréal-Ouest, Beny Masella, ainsi que le maire de Hampstead, Bill Steinmetz, et plusieurs rabbins de Côte-Saint-Luc, ont également exprimé en anglais, et tour à tour, leur vif mécontentement envers la Charte des valeurs québécoises.

«Si le projet de loi est approuvé, nous irons au tribunal pour faire appel. Nous ne partirons pas du Québec», s'est exclamé M. Housefather. Le maire a fait référence au droit d'être juif et de travailler dans des hôpitaux et des écoles. Une réalité connue de Côte-Saint-Luc, puisque plus de 70% de la population est juive.

Des personnages historiques tels que Martin Luther King, ou encore Gandhi, ont été, à plusieurs reprises, pris comme exemples par les politiciens, applaudis chaudement par la foule.

Barbara, une manifestante chrétienne à la retraite, s'est déplacée pour faire valoir la démocratie. «Le projet de loi 60 nous dit comment nous habiller. Demain, on va nous dire sur quel côté de la rue marcher ? Et un jour on inventera une loi pour les gens de couleur ? C'est dégoutant», s'est-elle exprimé.

À quelques mètres, une vieille femme, qui a souhaité ne pas dévoiler son identité, s'est rappelé des mauvais souvenirs qu'elle a vécus, enfant. «J'ai moi même connu l'Holocauste. Je suis née en Pologne et j'ai dû me cacher en Angleterre pendant la guerre. Je ne veux pas que cette loi remette ça au Canada », a-t-elle dit.

Beaucoup de familles étaient présentes, avec, parmi elles, des jeunes religieux révoltés. Rabbin Yisroel Bernath, 31 ans, est arrivé au Québec il y a huit ans pour construire une synagogue à NDG. La kippa qu'il porte aujourd'hui représente le drapeau québécois.

charte

«J'ai décidé de protester de façon positive, a-t-il affirmé. J'ai commandé des kippas chez une couturière de kippa locale. Elles ont été fabriquées au Québec, avec un tissu québécois. Pourquoi Mme Marois voudrait enlever le drapeau québécois de ma tête ?»

Vers 19h20, une parade de voitures arborant des bougies a clôturé la manifestation. Six limousines commandées spécialement pour les plus jeunes ont ensuite défilé pour célébrer la fin de la fête juive Hanoukka.

charte

VOIR AUSSI: Tous les blogues du HuffPost sur la Charte des valeurs

La Charte de la laïcité du Québec dans le détail

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.