NOUVELLES

250 000 Syriens ne reçoivent pas l'aide humanitaire dont ils ont besoin

03/12/2013 05:16 EST | Actualisé 02/02/2014 05:12 EST

NATIONS UNIES, États-Unis - Environ 250 000 Syriens dans des villages assiégés demeurent hors de la portée de l'aide humanitaire, a affirmé mardi la responsable des opérations humanitaires de l'ONU, lors d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité qualifiée de «troublante» par un membre.

De profondes divisons au sein du conseil l'empêchent de prendre plus de mesures sur le conflit civil qui, selon des observateurs, a fait 120 000 morts en deux ans et demi.

Valerie Amos est responsable de rapporter au conseil la dégradation des conditions de vie de millions de civils en Syrie, et combien il est difficile de les atteindre.

Mme Amos a rapporté un progrès «modeste» dans des dossiers élémentaires, tels que l'obtention de 50 visas réclamés depuis longtemps pour les travailleurs humanitaires, et l'ouverture de trois centres d'activités humanitaires en Syrie, dont deux seulement leur sont vraiment utiles.

Par contre, elle a dit n'avoir constaté aucune amélioration dans les importants enjeux de la protection des civils et de la démilitarisation des écoles et des hôpitaux. Le mois dernier, elle affirmait au Conseil que le nombre de Syriens ayant besoin d'aide humanitaire était passé de 6,8 millions en juin à 9,3 millions aujourd'hui.

Devant ces chiffres alarmants, le gouvernement syrien a approuvé neuf convois d'assistance le mois dernier, soit trois de plus qu'à l'habitude, mais encore «trop peu pour rencontrer les besoins de millions de gens», a-t-elle déploré.

Le principal groupe d'opposition syrien reconnu par l'Occident a pressé la communauté internationale de sécuriser des corridors par lesquels l'aide humanitaire puisse circuler, pour atteindre les communautés assiégées par les forces du président Bachar el-Assad. Les sièges ont mené à des cas de famine, selon des militants.

Les conclusions de Mme Amos surviennent alors que la communauté internationale se prépare à des discussions de paix fort attendues sur la Syrie, le 22 janvier prochain à Genève. Il s'agira de la première rencontre entre Bachar el-Assad et ses opposants depuis le début du conflit en mars 2011.

PLUS:pc