NOUVELLES

Scandale au Sénat : des courriels de Benjamin Perrin retrouvés

02/12/2013 05:10 EST | Actualisé 31/01/2014 05:12 EST

Le gouvernement fédéral rendra à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) une mémoire cache contenant des courriels appartenant à Benjamin Perrin, un ancien conseiller au Bureau du premier ministre et un personnage important du scandale des dépenses au Sénat.

Le Bureau du Conseil privé (BCP), le ministère du premier ministre, a écrit aux enquêteurs de la GRC pour leur dire qu'il y avait eu erreur en annonçant, à l'origine, que les courriels de M. Perrin avaient été effacés lorsqu'il a quitté ses fonctions en mars.

Selon la lettre, qui a été rendue publique dimanche soir, le Bureau du premier ministre, un organe partisan destiné à conseiller le premier ministre, avait demandé en septembre dernier au BCP de transmettre à la GRC des courriels appartenant à M. Perrin. Or, le BCP avait affirmé que les correspondances de l'ancien conseiller avaient été supprimées.

Lorsque la GRC a demandé des précisions au BCP en novembre, celui-ci a constaté que les courriels en question n'avaient pas été effacés. La lettre précise que le BCP a appris que le compte en question avait été gelé à la suite d'un « litige non lié ».

Le Bureau ajoute qu'il « remettra immédiatement ces données de courriels » et dit qu'il s'est excusé à la GRC et auprès du Bureau du premier ministre.

Le nom de M. Perrin est apparu dans des documents de la GRC, dévoilés en novembre, contenant des allégations explosives sur un stratagème pour rembourser des dépenses d'hébergement illicites du sénateur Mike Duffy.

Selon CBC, Benjamin Perrin était au courant que Nigel Wright, ancien chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, avait remboursé la facture de 90 000 $ de M. Duffy pour couvrir le remboursement de dépenses injustifiées.

Comment des courriels aussi convoités ont-ils pu être égarés pendant tout ce temps? L'opposition réclame des explications. « Le premier ministre peut-il nous confirmer que personne dans son bureau n'a eu accès à ces courriels, leur permettant de les modifier ou de les enlever du Bureau du conseil privé? » a notamment demandé en chambre le député libéral Dominic LeBlanc.

Les documents de la GRC allèguent en outre que des membres importants du gouvernement avaient tenté d'édulcorer un rapport sénatorial au sujet de la controverse. 

On y apprend aussi que des membres haut placés du Bureau du premier ministre, dont Nigel Wright, ont travaillé avec d'importants sénateurs conservateurs pour modifier le rapport après avoir échoué dans leur tentative d'influencer un audit indépendant.

Le scandale des dépenses au Sénat

PLUS:rc